Séance du Séminaire : « Le marchand Alexis Delahante (1767-1837) et la dispersion de tableaux de maître entre Paris, Londres et Berlin », 06 octobre 2020 (en ligne)

En ligne, 18h30-20h00

Intervenant : Christine Godfroy-Gallardo

Thomas Rowlandson, Christie’s auction room, Pall Mall, ca. 1808-1810, New York, The Metropolitan Museum of Art (Public Domain)

Au tout début du XIXème siècle, le marchand Alexis Delahante exporte en Angleterre un nombre considérable de tableaux de maître, principalement en provenance des saisies révolutionnaires. La confiscation des collections royales, des richesses de l’Eglise et des biens des émigrés met à la portée des acheteurs anglais des toiles prestigieuses jusqu’alors difficilement accessibles. Les ventes aux enchères représentent pour cette nouvelle clientèle une occasion inespérée de se procurer des tableaux en provenance de France, mais aussi des Pays-Bas autrichiens, de la Hollande ou de l’Italie. De retour à Paris après des années d’exil londonien, Delahante poursuit avec succès son négoce entre la France et l’Angleterre. Il sait combler les attentes d’une riche clientèle anglaise en lui fournissant des chefs- d’œuvre qu’elle souhaite conserver à tout prix sur le sol britannique. Son cercle d’acheteurs comprend aussi bien des membres de l’aristocratie, que des financiers ou des négociants nouvellement enrichis tels que Lord Penrice ou John Julius Angerstein. Fort de son autorité en matière d’expertise, Delahante devient l’un des fournisseurs privilégiés du prince Régent et futur roi d’Angleterre George IV, à qui il procure tableaux et œuvres d’art. Continuer la lecture de « Séance du Séminaire : « Le marchand Alexis Delahante (1767-1837) et la dispersion de tableaux de maître entre Paris, Londres et Berlin », 06 octobre 2020 (en ligne) »

The Oriental Ceramic Society Online Lectures 2020 : The Reception and Consumption of Chinese Porcelain in Europe and the New World: 16th and 17th centuries (29 septembre 2020)

The Reception and Consumption of Chinese Porcelain in Europe and the New World: 16th and 17th centuries.

Intervenant : Dr Teresa Canepa

29 september 2020, 14h30 (Paris time)

A few pieces of Chinese porcelain are known to have arrived to Europe in the Middle Ages and Renaissance, along the famous overland route, the Silk Road, that traversed the heartland of the Eurasian continent or by ship through the Persian Gulf or Red Sea to Turkey, Egypt and Venice. The great maritime voyages of exploration launched by Portugal and Spain at the end of the 15th century in search of the Spice Islands, culminated in Bartolomeu Dias’s discovery of a route to the Indian Ocean round the Cape of Good Hope in 1488, and Christopher Columbus’s discovery of the New World, four years later, in 1492, which opened up direct sea trade routes between Europe, the New World, Africa and Asia via both the Atlantic and Pacific oceans. By the beginning of the 17th century, trading companies from the Northern Netherlands/Dutch Republic and England began to take part in the trade to Asia via the Cape of Good Hope and partly gained control of the Asian maritime trade. This online lecture will briefly examine textual, material and visual sources that provide information on the various types of Chinese porcelain that were imported to Europe and the New World in the 16th and 17th centuries, as well as the different ways in which they were acquired, appreciated and used within the respective societies.

Continuer la lecture de « The Oriental Ceramic Society Online Lectures 2020 : The Reception and Consumption of Chinese Porcelain in Europe and the New World: 16th and 17th centuries (29 septembre 2020) »

CFP : Du privé au public. Enjeux et stratégies dans la présentation des collections privées d’art contemporain dans les institutions publiques (Grenoble, 12 mars 2021)

Journée d’études, vendredi 12 mars 2021 – Musée de Grenoble

Organisateurs : Alice Ensabella (Université Grenobles-Alpes), Paula Barreiro Lopez (Université Grenobles-Alpes), Sophie Bernard (Musée de Grenoble)

Date limite : 20 novembre 2020

Organisée dans le cadre de l’exposition Giorgio Morandi. La collection de Luigi Magnani au Musée de Grenoble (12 décembre 2020 – 14 mars 2021), cette journée d’études a pour but de réunir un ensemble de réflexions récentes autour de la question des stratégies de présentation des collections privées d’art contemporain (XXème-XXIème siècles) dans les institutions muséales françaises et internationales.
L’exposition présentée au Musée de Grenoble, consacrée à l’artiste italien Giorgio Morandi, est l’occasion de découvrir la collection privée de l’un des plus éminents collectionneurs italiens de son œuvre, celle du musicologue, historien de l’art et professeur Luigi Magnani. Comptant une cinquantaine d’œuvres du peintre bolognais, elle permet d’appréhender et de représenter toutes les périodes de sa carrière. L’amitié du peintre et du collectionneur, ainsi que la démarche de ce dernier constituent un des axes forts de l’exposition.
Continuer la lecture de « CFP : Du privé au public. Enjeux et stratégies dans la présentation des collections privées d’art contemporain dans les institutions publiques (Grenoble, 12 mars 2021) »

Conférences en ligne : Collecting Art in Imperial Russia (24 septembre 2020-22 avril 2021)

A series of lectures (webinars) organised jointly by Princeton University and the European University at St Petersburg

Jeudi à 12.00 EST sur ZOOM

Les liens seront disponibles sur le site web de REEES à Princeton avant chaque événement
http://piirs.princeton.edu/news-events/events/13

September 24, 2020
How to be a European: Collecting Drawings in Imperial Russia
Catherine Phillips, European University at St Petersburg

October 22, 2020
The Yusupovs in Paris: Building a Collection
Wilfried Zeisler, Hillwood Museum

November 12, 2020
From Rudolf II to Catherine II: Goltzius’ Without Bacchus and Ceres, Venus is Chilled and its Iconography
Alexei Larionov, State Hermitage Museum and European University at St Petersburg

February 18, 2021
The Hermitage or a ‘Museum’ in 1770 According to Catherine the Great
Guillaume Nicoud, Archivio del Moderno, Mendrisio

March 18, 2021
Power and Paint: The Patronage of Women Artists at the Court of Catherine II
Rosalind P. Blakesley, Cambridge University

April 8, 2021
A Tale of Two Collections: The Icons of Nikolai Likhachev and Ilya Ostroukhov
Wendy Salmond, Chapman University

April 22, 2021
Rembrandt in Russia in the 19th Century: Prints and their Collectors
Roman Grigoriev, State Hermitage Museum and European University at St Petersburg

Organized by
Basile Baudez, Princeton University
Catherine Phillips, European University at St Petersburg
Ekaterina Pravilova, Princeton University

Pour info : cphillips@eu.spb.ru

Séance du Séminaire : « Carl Jacobsen et la collection française de la Ny Carlsberg Glyptotek à Copenhague », 22 septembre 2020 (en ligne)

En ligne, 18h30-20h00

Intervenant : Nicholas Parkinson (Ny Carlsberg Glyptotek)

À l’entrée du musée copenhaguois Ny Carlsberg Glyptotek, une sculpture occupe le devant de la scène – Gloria Victis, ou « gloire aux vaincus », un monument aux morts de la guerre de 1870 de l’artiste français Antonin Mercié.

Cette sculpture fut commandée par le collectionneur danois Carl Jacobsen en 1902, qui la plaça au beau milieu du jardin d’hiver du musée pendant son vernissage en 1906 – le même lieu où, deux ans plus tard, Jacobsen accueillera le président français Armand Fallières pendant sa visite au Danemark. Dans le contexte de sa mise en place à Copenhague, Gloria Victis ne représente pas que la défaite de la France en 1870, mais aussi un lien tout à fait unique entre la France et le Danemark, deux pays vaincus pendant les guerres de l’unification allemande.

Cette présentation examine l’origine de la collection française à la Ny Carlsberg Glyptotek à travers l’histoire du collectionneur excentrique et extraordinaire Carl Jacobsen. En tant que collectionneur et organisateur des expositions publiques, Jacobsen a influencé profondément le développement du goût pour l’art français à la fin du dix-neuvième siècle au Danemark. Grâce à lui, ont été révélés des chefs d’œuvres de l’art moderne, comprenant Édouard Manet, Auguste Rodin, Camille Corot, et Eugène Delacroix. En même temps, dans quelle mesure son œil pour l’art n’était-il non pas guidé par l’esprit du modernisme, mais plutôt par sa croyance dans le rôle pédagogique de l’art de répandre les messages moraux et politiques au sein du public ?

Nicholas Parkinson est postdoctorant au musée Ny Carlsberg Glyptotek de Copenhague. Ses recherches sont financées par la bourse Mads Øvlisen de la Fondation Novo Nordisk et se focalisent largement sur les relations artistiques et politiques entre la France et le Danemark à la fin du dix-neuvième siècle. Il est actuellement en train de préparer un article qui s’intitule « Gloria Victis : A French War Monument in Copenhagen ».

La conférence, gratuite, aura lieu sur Zoom. Veillez à vous inscrire au préalable, afin de recevoir les informations nécessaire, à cette adresse : collection.seminaire@gmail.com