Séance du Séminaire : Les collections d’Auguste Bauchy, d’André Breton et de Paul Éluard.

Pour la prochaine séance du Séminaire Collection, nous accueillons deux intervenantes :

Marianne Le Morvan, archives Berthe Weill

Alice Ensabella, Université Grenoble Alpes

18 mai 2021, en ligne sur Zoom, 18h30-20h00

 

Buste d’Auguste Bauchy par Paco Durrio, dédicacé « A mi amigo Auguste Paris 1894 Paco », plâtre, collection famille Bauchy.
Marianne Le Morvan : Auguste Bauchy – le limonadier collectionneur
Auguste Bauchy (1858-1940) fut furtivement le propriétaire du Café des Variétés, sur les grands boulevards, où il offrait table ouverte à ses amis artistes. Si son nom était jusqu’alors associé à une sombre affaire de manipulation auprès de Gauguin, et à quelques toiles identifiées dans le catalogue raisonné Van Gogh, l’étendue de sa collection demeurait un mystère. Continuer la lecture de « Séance du Séminaire : Les collections d’Auguste Bauchy, d’André Breton et de Paul Éluard. »

The Renaissance Society of America Virtual 2021 Meeting : deux sessions organisées par la Society for the History of Collecting, 13 avril 2021 (en ligne)

Session I: Collecting and Display of Small, Portable Objects (15th–17th Century): Dynasties and Politics

April 13, 2021

10–11:30 am EDT

Monitor/Chair: Sophia Quach McCabe, University of California, Santa Barbara

Panelists:

Ivo Raband, University of Hamburg

Cameos, Medals, Rings, Portraits: Objects as Memorabilia in the Collection of Archduke Ernest of Austria

Vanessa Chaise-Brun, University of Reims

The Cult of King Charles the Martyr and the Importance of Materiality: Reading, Collecting, Mourning

Rebecca Arnheim, Boston University

Designing Florentine Likeness: Portrait Drawings in the Collection of the Medici Grand Dukes

Session II: Collecting and Display of Small, Portable Objects (15th–17th Century): Translations and Transformations

April 13, 2021

12–1:30 pm EDT

Monitor/Chair: Ludovic Jouvet, Université de Bourgogne

Panelists:

Léonard Pouy, L’ÉCOLE, School of Jewelry Arts

The Institutionalization of Royal Crown Jewels Collection in Early Modern Europe (1530–1691)

Sophie Rhodes, University of Cambridge

Oil Paintings ’translated into English lymning’: Peter Oliver’s Miniature Copies in King Charles I’s Cabinet

Yichieh Shih, University of Geneva

Making Handsome-Faces: Unfired Clay Portrait Figures by Chinese Artists for 17th-Century European Travellers

Séance du Séminaire : « Entreprenariat artistique et stratégies d’autopromotion dans la presse régionale d’annonces (1750-1790) », 23 mars 2021 (en ligne)

Jacob Schwartzenbach, Portraitiste à la silhouette et son modèle, 1798, coll. part.

23 mars 2021, en ligne, 18h30-20h00

Intervenante : Professeure Sophie Raux (Lyon 2)

Entreprenariat artistique et stratégies d’autopromotion dans la presse régionale d’annonces (1750-1790)

La fin des années 1750 voit le décollage de la presse d’annonces dans une quarantaine de villes en France. En histoire de l’art, l’intérêt que l’on a prêté à cette source s’est le plus souvent limité aux informations concernant les figures artistiques dominantes à l’échelle d’une ville ainsi que les institutions artistiques locales, écoles de dessins, académies et salons. En revanche, les annonces d’acteurs aujourd’hui inconnus ou peu documentés, pourtant les plus abondantes, n’ont guère retenu l’attention, alors que paradoxalement la vocation de ces annonces était de leur offrir de la visibilité. 

Dans un contexte économique caractérisé par un renforcement de la concurrence, la recherche de nouveaux débouchés et de nouveaux marchés a été cruciale pour maintenir l’activité de nombreux artistes. Elle les a conduits à adopter une forte mobilité, tant professionnelle que géographique. Cette nouvelle configuration a entrainé le développement d’une forme d’échange directe du producteur au consommateur ainsi que l’expansion d’une offre élargie rendue accessible à un public neuf. Accélérateurs de transferts de savoirs faire, ces artistes itinérants ont agi en auto-entrepreneurs, indépendamment des institutions officielles. Ils ont trouvé dans la presse d’annonces une nouvelle arme de communication jouant sur l’autopromotion, essentielle pour assurer leur visibilité de leur temps, comme du nôtre.

Continuer la lecture de « Séance du Séminaire : « Entreprenariat artistique et stratégies d’autopromotion dans la presse régionale d’annonces (1750-1790) », 23 mars 2021 (en ligne) »

SHC Online Conference : Selling Pictures in Eighteenth-Century London – Visualizing a Tightly-Knit Profession, 26 janvier 2021

The Society for the History of Collecting vous invite à la prochaine conférence en ligne :

Selling Pictures in Eighteenth-Century London – Visualizing a Tightly-Knit Profession

 Intervenante : Dr. Bénédicte Miyamoto, Maître de conférence, Université Sorbonne-Nouvelle

26 Janvier 2021, 19h30 

In a century obsessed with the frenetic pace of novelty, and a world of art collecting regularly disrupted and fed by cycles of bankruptcy and dispersion, the London art market was surprisingly stable, its professionals well-connected, and its modus operandi well-honed already by the 1750s. English sales took their blueprints from the Netherlands and France, but quickly developed their own original process of ascending bidding coupled with ascending price expectations. This home-grown sales strategy and the conditions of sales remained unchanged as the art market internationalised over the next decades. The London market became also more local and less influenced by consumption patterns prevalent abroad, as the new generations of English art lovers gained maturity and asserted their national preferences. New perspectives reveal in particular the importance of dealers as sellers behind the scenes of the auction. Continuer la lecture de « SHC Online Conference : Selling Pictures in Eighteenth-Century London – Visualizing a Tightly-Knit Profession, 26 janvier 2021 »

Séance du Séminaire : « Édouard André et Nélie Jacquemart : deux collectionneurs d’art italien de la fin du XIXe siècle », 19 janvier 2021 (en ligne)

A gauche : Façade sur rue de l’hôtel Jacquemart-André en 1913 – © Fond Bulloz, 1913 ; à droite : Édouard et Nélie André, XIXe siècle, photographie – © Paris, musée Jacquemart-André, Institut de France.

 

19 janvier 2021, en ligne, 18h30-20h00

Intervenante : Giancarla Cilmi (EPHE)

Édouard André et Nélie Jacquemart : deux collectionneurs d’art italien de la fin du XIXe siècle

Édouard André (1833-1894) et Nélie Jacquemart (1841-1912), s’inscrivent dans cette pratique du collectionnisme qui est l’apanage de la grande bourgeoisie occidentale à la fin du XIXe siècle. Lui, il appartient à une grande famille de banquiers protestants français, elle est une artiste-peintre catholique d’origines modestes. Rien ne laisse donc présager qu’ils se marient en 1881. On se demande ce qui a pu unir deux êtres aussi différents. C’est très probablement leur passion commune pour l’art. Contrairement à la plupart des collectionneurs de leur temps, dès le début de leur union, le couple André fait par ailleurs, preuve d’originalité en achetant leurs œuvres, non pas en vente publique, mais directement chez les antiquaires. La passion de Nélie Jacquemart pour l’art de la Renaissance italienne prenant vite le pas sur le goût de son époux pour les productions françaises des XVIIIe et XIXe siècles, ils donnent à leur politique d’achat une orientation précise. Continuer la lecture de « Séance du Séminaire : « Édouard André et Nélie Jacquemart : deux collectionneurs d’art italien de la fin du XIXe siècle », 19 janvier 2021 (en ligne) »