Soirée introductive au séminaire Collection (22 janvier 2020 – Paris)

Henri-Pierre Danloux, Le Baron de Besenval dans son salon de compagnie, 1791, Londres, National Gallery

22 janvier 2020
Paris, Galerie Colbert, salle Vasari, 18h00-20h00

A l’occasion de l’ouverture du séminaire Collection sur l’histoire du collectionnisme et du marché de l’art, une table ronde rassemblera plusieurs spécialistes qui viendront échanger sur des questions méthodologiques et de nouvelles perspectives de recherches.

Programme :

18h00 : Présentation du séminaire

18h15 – 19h45 : Table ronde

Alain Schnapp (Président de séance)

Charlotte Guichard – CNRS/ENS

Adriana Turpin – IESA/University of Warwick

Vincent Lefèvre– Musée Guimet

Colloque : “Tools for the Future: Researching Art Market Practices from Past to Present” (25-26 Novembre 2019, Rome)

25-26 November 2019
Accademia Nazionale di San Luca, Rome
77, Piazza dell’Accademia di San Luca, Rome

Workshop 4: Communication strategies: development, promotion and innovation

This workshop is part of the International Workshops Series “Tools for the Future: Researching Art Market Practices from Past to Present”, established in 2017 by Elisabetta Lazzaro (HKU University of the Arts Utrecht), Nathalie Moureau (Université Paul Valéry Montpellier 3) and Adriana Turpin (IESA, Paris & Society for the History of Collecting). Through individual presentations followed by group discussions, the series aims at bringing together international scholars and professionals from different disciplines, periods of study and areas of practice of the art market to confront key issues and related methodologies that can add knowledge and evidence about the structures and principals of the art market. The first workshop was on art collectors, the second one on the artist as an entrepreneur and career paths, and the third one on the formation and development of new art markets.

This fourth workshop, Communication strategies: development, promotion and innovation has been organised in collaboration with the Accademia Nazionale di San Luca, Rome. The Rome workshop will address the importance of understanding how communication strategies can be effective or not. Communication must be intended here in its broad sense of creating, delivering and diffusing artistic content, and how these processes are impacted by and impact the art market from an innovation perspective, where innovation can encompass technical as well as social innovation. The role of art and communication in the development, both cultural and economic, of particular territories is in turn important.

Programme

25 November 2019
Accademia Nazionale di San Luca

9.30  Registration

10.00  Opening
Francesco Moschini (Accademia Nazionale di San Luca) Elisabetta Lazzaro (HKU University of the Arts Utrecht) Paolo Coen (Università degli Studi di Teramo)

10.15.

Keynote: Patrizia Cavazzini (The British School at Rome)
Communication strategies in the XVIIth century art market in Rome

Continuer la lecture de « Colloque : “Tools for the Future: Researching Art Market Practices from Past to Present” (25-26 Novembre 2019, Rome) »

Colloque : Collections et collectionneurs d’antiquités à la Belle Époque (fin XIXe siècle – 1914)

7 novembre 2019 – 11H30 – 17H30
INHA, galerie Colbert, auditorium

8 novembre 2019 – 9H30 – 17H
/ Sur inscription, par mail
Musée du Louvre, salle des 80

Accès par le passage Richelieu sur présentation de la confirmation d’inscription

9 novembre 2019 – 9H30 – 17H
INHA, galerie Colbert, auditorium

 

Les années 1880-1914 sont la Belle Époque du collectionnisme d’antiques, sorti du cercle restreint des amateurs érudits et fortunés pour se répandre largement dans la société européenne, qui acquiert des statuettes bon marché aux marbres les plus prestigieux. Lieux centraux où se font et défont les collections, les salles de vente, notamment parisiennes, sont au cœur des pratiques et des modes d’acquisition des différents acteurs du marché.

Alors que certains artistes et collectionneurs initient durant cette période une véritable rupture vis-à-vis de l’art classique, ces décennies sont marquées par la persistance d’un puissant goût pour l’Antiquité, aux sources toutefois toujours plus variées. Si les périodes dites « classiques » des arts grec et romain continuent de dominer les acquisitions sur le marché de l’art, les périodes haute et tardive attirent davantage l’attention des savants et des collectionneurs, de même que les autres cultures du pourtour méditerranéen et du Moyen-Orient. Cette période est aussi l’âge d’or de l’archéologie de terrain, dans un cadre législatif qui empêche largement l’exportation des œuvres ; si les lois sont souvent contournées, la production de faux parfois très élaborés permet aussi d’alimenter l’appétit des collectionneurs. Par ailleurs, les musées sont désormais des acteurs incontournables du marché, ils déploient leurs propres stratégies de développement des collections et recueillent de plus en plus fréquemment les collections privées plus ou moins anciennement constituées.

À partir de l’étude de figures de collectionneurs que les recherches récentes permettent de mieux cerner, ce colloque a pour objectif d’offrir un panorama des collections d’antiques en cette longue fin de siècle qui précède la Première Guerre mondiale. On s’intéressera aux collectionneurs eux-mêmes, des plus fortunés aux plus humbles, aux catégories d’œuvres concernées, à l’ampleur des collections, et aux stratégies mises en place pour constituer ces ensembles. À partir de l’étude de cas particuliers, on visera une synthèse sur cette période charnière dans l’histoire des collections d’antiques, à l’origine de bien des fonds des musées d’aujourd’hui.

Continuer la lecture de « Colloque : Collections et collectionneurs d’antiquités à la Belle Époque (fin XIXe siècle – 1914) »

Parution : “London and the Emergence of a European Art Market, 1780–1820”

Susanna Avery-Quash and Christian Huemer, eds., London and the Emergence of a European Art Market, 1780–1820 (Los Angeles: Getty Research Institute, 2019)

In the late 1700s, as the events of the French Revolution roiled France, London displaced Paris as the primary hub of international art sales. Within a few decades, a robust and sophisticated art market flourished in London. London and the Emergence of a European Art Market, 1780–1820 explores the commercial milieu of art sales and collecting at this turning point. In this collection of essays, twenty-two scholars employ methods ranging from traditional art historical and provenance studies to statistical and economic analysis; they provide overviews, case studies, and empirical reevaluations of artists, collectors, patrons, agents and dealers, institutions, sales, and practices. Drawing from pioneering digital resources—notably the Getty Provenance Index—as well as archival materials such as trade directories, correspondence, stock books and inventories, auction catalogs, and exhibition reviews, these scholars identify broad trends, reevaluate previous misunderstandings, and consider overlooked commercial contexts. From individual case studies to econometric overviews, this volume is groundbreaking for its diverse methodological range that illuminates artistic taste and flourishing art commerce at the turn of the nineteenth century.

Susanna Avery-Quash is senior research curator in the history of collecting at the National Gallery, London, where she is in charge of the research area of buying, collecting, and display. She has led research projects, organized conferences, and published extensively on the history of collecting and the art market. Christian Huemer is director of the Belvedere Research Center, Vienna. From 2008 to 2017 he headed the Project for the Study of Collecting and Provenance at the Getty Research Institute.

Continuer la lecture de « Parution : “London and the Emergence of a European Art Market, 1780–1820” »

Colloque : « Marchandes d’art (XIXe-XXe siècles) » (13, 14 et 15 novembre 2019, Paris)

Musée des Arts Décoratifs, entrée au 111, rue de Rivoli, Paris
13, 14 et 15 novembre 2019

PROGRAMME :

Médiation assurée par le comité scientifique : Marianne Le Morvan, Cloé Pitiot et Denise Vernerey

Communications de 30 minutes suivies de 15 minutes de questions du public

Mercredi 13 novembre 2019 : Les pionnières

  • 9h30 : Florine Langweil

“ Lorsque je vins pour la première fois à Paris, en 1882, je ne pensais évidemment pas que je passerais ma vie au milieu des antiquités chinoises et japonaises. Ce fut mon mariage qui, ainsi qu’il arrive à presque toutes les jeunes femmes, décida de mon avenir.

Mon mari était commissionnaire en marchandises, mais ne s’occupait à peu près exclusivement que de la vente des bibelots modernes, qui valaient du reste assez cher à l’époque. Lorsque je l’épousai, nous décidâmes de ne plus nous occuper que des objets d’art anciens et, abandonnant la vente des chinoiseries et japoneries modernes à nos concurrents, nous installâmes un magasin d’antiquités.

Je me passionnai tôt pour les peintures et sculptures de l’ancienne Chine et du vieux Japon, qui étaient – il faut bien le dire – à peu près inconnues en Europe, à cette époque. Du moins très rares étaient les personnes qui savaient acheter et recherchaient l’authenticité des bibelots. Tout un marché nous était donc ouvert, et il y avait une mode à lancer.”

Intervenant : Diederik Bakhuÿs, Historien de l’art, conservateur au musée des Beaux-Arts de Rouen et membre du conseil d’administration du Fonds de dotation André et Berthe Noufflard.

Continuer la lecture de « Colloque : « Marchandes d’art (XIXe-XXe siècles) » (13, 14 et 15 novembre 2019, Paris) »