Mise en ligne de la base de données “Collectionneurs, collecteurs et marchands d’art asiatique en France, 1700-1939”, 12 octobre 2022

Portrait d’Émile Guimet (1836-1918), huile sur toile de Ferdinand Jean Luigini (1870-1943). © RMN-Grand Palais (MNAAG)

Le 12 octobre prochain, l’Institut national d’histoire de l’art (INHA) publie en ligne une base de données regroupant plus de 250 notices du programme de recherche Collectionneurs, collecteurs et marchands d’art asiatique en France, 1700-1939. Ces articles sont le fruit d’un important travail d’enquête pour repérer et valoriser les fonds d’art asiatique sur l’ensemble du territoire national. Ils mettent en valeur des individus, amateurs, voyageurs, militaires, marchands ou artistes, qui ont contribué à façonner une image de l’Asie à travers la culture matérielle.

Plus de 150 spécialistes, français et étrangers, ont ainsi étudié les pratiques de ces « collecteurs », en mettant en évidence les mécanismes sociaux, professionnels, économiques, géostratégiques, culturels, symboliques et esthétiques qui ont présidé à leur collecte. Ils ont interrogé leurs motivations, leurs goûts et les finalités tant de leur quête que de leur générosité, lorsqu’elle a donné lieu à une libéralité en faveur d’une institution publique. Ce programme s’est intéressé aux collections réunies entre 1700 et 1939 – englobant ainsi les premiers ensembles, les grandes collections rassemblées au XIXe siècle et le développement d’un marché spécialisé d’art asiatique – dans une aire géographique qui s’étend de la Sibérie orientale à l’Asie du Sud-Est en incluant l’Inde et l’Extrême-Orient.

Hébergé dans la base de données en open access de l’INHA, AGORHA, le programme Collectionneurs, collecteurs et marchands d’art asiatique en France, 1700-1939 est entièrement traduit en anglais. En dehors des grandes institutions parisiennes, il a permis la (re)découverte de fonds majeurs dans les musées de région comme celui de Jehannin de Chamblanc à Dijon qui était jusqu’alors principalement connu pour ses œuvres européennes des XVIIe et XVIIIe siècles. Le programme a également mis en avant des personnalités atypiques et a permis de préciser le rôle des marchands comme promoteurs du goût pour l’Asie en mettant en lumière des figures jusqu’ici méconnues à l’image de Florine Langweil (1861-1958). L’exploitation des données du programme permettra de proposer plusieurs datavisualisations développées par l’INHA avec notamment une cartographie parisienne des adresses des collectionneurs et marchands d’art asiatique, une cartographie nationale des lieux de conservations actuels de ces collections ainsi que la visualisation des réseaux des personnalités du corpus.

Une exposition prévue en octobre 2023 au musée des Beaux-Arts de Dijon et une journée d’étude centrée plus spécifiquement sur le marché de l’art asiatique à Paris au XIXesiècle, le 26 mai 2023, viendront compléter ces réflexions.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Alice Ottazzi (5 septembre 2022). Mise en ligne de la base de données “Collectionneurs, collecteurs et marchands d’art asiatique en France, 1700-1939”, 12 octobre 2022. Collection. Consulté le 22 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/n081


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search