[Reportée] Séance du Séminaire : « L’émergence d’une approche conservatrice de la collection privée de tableaux à Paris au XIXe siècle » (17 mars 2020, Paris)

Galerie Colbert (2 rue Vivienne, 75002 Paris) / Salle Mariette, 18h30-20h00

Intervenant : Barbara Jouves (Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

François-Louis-Florimond Boulanger, « Coupe longitudinale et plan d’une maison à l’antique », Projet d’une maison pour collectionner ou musée d’antiquités avec une vitrine centrale, vers 1830-1832, aquarelle, 35 x 31,5 cm, Lille, Palais des Beaux-Arts (© RMN-GP)

Entre 1789 et 1870, la manière d’entretenir l’objet d’art et la collection dans son ensemble est réfléchie par les amateurs eux-mêmes, ou par différents professionnels. Les uns et les autres cherchent, par exemple, à anticiper différentes altérations ou dégradations provoquées par l’aménagement des tableaux dans l’espace privé.  Comment entretenir ces œuvres dans le cabinet ou la galerie ? La mise en place de mesures de protection, à une période où ces espaces s’ouvrent à la visite, témoigne de la naissance d’une conscience patrimoniale. Non content de posséder une compréhension plus approfondie des techniques de peinture, l’amateur du XIXe siècle doit faire face à l’anticipation de facteurs externes : la manipulation du tableau, l’humidité de l’air ou la présence de poussière. Plusieurs dispositifs voient le jour pour préserver les collections dans certaines parties de l’espace domestique, accessible ou non à un public extérieur. Des brevets d’invention permettent d’identifier certains de ces procédés de conservation développés à destination des particuliers. Le déplacement de l’œuvre et sa préservation en lieu sûr, notamment en période de conflit, constituent également l’une des préoccupations majeures du collectionneur. Alors que la « conservation préventive » n’existe pas encore sous cette dénomination, d’autres termes sont employés pour définir cette façon de penser par anticipation la conservation de la peinture. 

 

Barbara Jouves est historienne de l’art et a récemment soutenu sa thèse sur La conservation et la collection des tableaux des collections privées à Paris (1789-1870). Chercheure associée à l’équipe d’accueil HiCSA de l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, elle occupe actuellement un poste d’attachée temporaire d’enseignement et de recherche. Elle est l’auteure de plusieurs articles et essais qui portent sur l’histoire des restaurations de tableaux en France au XIXe siècle (Revue des Musées de France. Revue du Musée du Louvre ; Technè ; contribution au catalogue de l’exposition Louis-Philippe et Versailles organisée en 2018-2019). 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.