Séance du Séminaire : « Carl Jacobsen et la collection française de la Ny Carlsberg Glyptotek à Copenhague », 22 septembre 2020 (en ligne)

En ligne, 18h30-20h00

Intervenant : Nicholas Parkinson (Ny Carlsberg Glyptotek)

À l’entrée du musée copenhaguois Ny Carlsberg Glyptotek, une sculpture occupe le devant de la scène – Gloria Victis, ou « gloire aux vaincus », un monument aux morts de la guerre de 1870 de l’artiste français Antonin Mercié.

Cette sculpture fut commandée par le collectionneur danois Carl Jacobsen en 1902, qui la plaça au beau milieu du jardin d’hiver du musée pendant son vernissage en 1906 – le même lieu où, deux ans plus tard, Jacobsen accueillera le président français Armand Fallières pendant sa visite au Danemark. Dans le contexte de sa mise en place à Copenhague, Gloria Victis ne représente pas que la défaite de la France en 1870, mais aussi un lien tout à fait unique entre la France et le Danemark, deux pays vaincus pendant les guerres de l’unification allemande.

Cette présentation examine l’origine de la collection française à la Ny Carlsberg Glyptotek à travers l’histoire du collectionneur excentrique et extraordinaire Carl Jacobsen. En tant que collectionneur et organisateur des expositions publiques, Jacobsen a influencé profondément le développement du goût pour l’art français à la fin du dix-neuvième siècle au Danemark. Grâce à lui, ont été révélés des chefs d’œuvres de l’art moderne, comprenant Édouard Manet, Auguste Rodin, Camille Corot, et Eugène Delacroix. En même temps, dans quelle mesure son œil pour l’art n’était-il non pas guidé par l’esprit du modernisme, mais plutôt par sa croyance dans le rôle pédagogique de l’art de répandre les messages moraux et politiques au sein du public ?

Nicholas Parkinson est postdoctorant au musée Ny Carlsberg Glyptotek de Copenhague. Ses recherches sont financées par la bourse Mads Øvlisen de la Fondation Novo Nordisk et se focalisent largement sur les relations artistiques et politiques entre la France et le Danemark à la fin du dix-neuvième siècle. Il est actuellement en train de préparer un article qui s’intitule « Gloria Victis : A French War Monument in Copenhagen ».

La conférence, gratuite, aura lieu sur Zoom. Veillez à vous inscrire au préalable, afin de recevoir les informations nécessaire, à cette adresse : collection.seminaire@gmail.com

 

Conférence en ligne : « Collecting as a Public Good », Julie Codell (30 juillet 2020, 19h30)

The Society for the History of Collecting
Invites you to its Online Lecture

Collecting as a Public Good

Prof. Julie Codell
Jeudi 30 juillet 2020, 19h30

Public good is a microeconomic term meaning a good that is both non-excludable and non-rivalrous, from which individuals cannot be excluded from use or could benefit from without paying for it, and where one individual’s use does not reduce availability to others. While museum collections are often considered a form of public good, private collections have not been considered public goods. I will explore how private collections became public goods in the late 19th and early 20th centuries in two cases: F. G. Stephens’ 100 articles written from 1873 to 1887 on private collectors in Britain for the Athenaeum magazine, and the work of art dealer and much sought-after art agent Martin Birnbaum who required his American collector-clients to share their collections with public institutions in order for him to purchase works for them.

Julie Codell is Professor of Art History at Arizona State University and affiliate faculty in Film and Media Studies and Asian Studies. She wrote The Victorian Artist (2003; 2012 pbk rev. ed.) and edited Victorian Artists’ Autograph Replicas: Auras, Aesthetics & Economics (Routledge 2020); Transculturation in British Art (2012; 2017 pbk); Power and Resistance: The Delhi Coronation Durbars (2012); The Political Economy of Art (2008); Imperial Co-Histories (2003); and co-edited Replication in the Long 19th Century: Re-makings and Reproductions (2018); Orientalism, Eroticism and Modern Visuality in Global Cultures (2016; 2018 pbk); Encounters in the Victorian Press (2004), and Orientalism Transposed (1998; rpt. Routledge Revivals series, 2018). She has received fellowships from the National Endowment for the Humanities, Getty Foundation, Kress Foundation, Huntington Library, Harry Ransom Center, American Institute for Indian Studies, and the Yale Center for British Art.

To register for this event please email events@societyhistorycollecting.org

Conférence en ligne : « Re-interpreting an Eighteenth Century Collection: Henry Hoare the collector, a Roman statue, and a lost wife » (16 Juillet 2020, 19h30)

The Society for the History of Collecting

Invites you to its third online lecture

Re-interpreting an Eighteenth Century Collection: Henry Hoare the collector, a Roman statue, and a lost wife

Prof. John Harrison

16 Juillet 2020, 19h30 (6.30pm BST)

Picture 1

Modern readings of the iconography in Henry Hoare’s eighteenth-century landscape garden at Stourhead in Wiltshire have typically been founded on the assumption that the garden was designed according to a Grand Plan. On this view, garden artefacts such as a second century AD Livia Augusta as Ceres statue were collected in fulfillment of this plan. However, there is little evidence to support such a view and an alternative approach is to suppose that each of the four principle garden buildings were designed according to themes inspired by Henry’s collecting activities. In this talk John will describe the design and evolution of the first garden building at Stourhead, the Temple of Ceres. He will offer an alternative reading of the temple’s iconography  based on Henry’s chance acquisition of artefacts, his personal circumstances, and the historical context for his building activities.

To register for this event please email events@societyhistorycollecting.org

Conférence en ligne : « Les arts précolombiens en France de 1875 à 1945 : collectionnisme, histoire du goût et perception de l’altérité américaine » (30 juin, 18h-20h)

Intervenante : Elodie Vaudry

Anonyme, Vue d’ensemble de la salle numéro cinq consacrée au Mexique dans l’Exposition « Les arts anciens de l’Amérique », mai- juin 1928, photographie, tirage sur papier baryté monté sur carton, 12 x 17cm, pavillon de Marsan, Paris. (Paris, musée du quai Branly, photothèque, numéro d’inventaire 1998-19083)


















La prochaine conférence aura pour thème les arts précolombiens en France de 1875 à 1945 : collectionnisme, histoire du goût et perception de l’altérité américaine. Le point de départ de cette étude se situe en 1875, avec le premier Congrès des américanistes et s’achève en 1945, avec la fin de la Seconde Guerre mondiale. Entre ces deux dates, il s’agit d’appréhender l’histoire des transferts culturels entre le Mexique, le Pérou et la France, en mettant d’abord l’accent sur le collectionnisme américaniste. Quand, comment et pourquoi les Français ont-ils fait entrer les arts précolombiens dans leur collection? À partir de là, l’analyse se concentrera sur l’impact de ce collectionnisme pour la perception française des arts précolombiens. Il s’agira de questionner les choix de monstration, les classifications et les exclusions afin de tisser la trame d’une histoire du goût et d’une histoire de l' »Autre ». Entre fantasme et réalité ethnographique, les pièces précolombiennes ont suscité une pléthore de controverses, de récits rocambolesques et de recherches scientifiques déstabilisantes. L’étude de cas paradigmatiques de représentations rêvées et avérées sera le troisième point de cette conférence. Enfin, l’accent de la présentation se portera également sur les méthodologies employées pour cette analyse.

Elodie Vaudry est docteure de l’Université de Paris-Nanterre, à partir de septembre 2020 elle devient conseillère scientifique au Centre Allemand d’Histoire de l’art (DFK) à Paris. Elle a auparavant mener un post-doctorat à l’Institut de recherche esthétique de l’Université nationale autonome du Mexique de 2017 à 2019. Son travail porte sur la présence et les usages de l’art précolombien dans les arts décoratifs de la France pendant l’entre-deux-guerres, les livres sur les motifs préhispaniques, les arts populaires et la diplomatie culturelle et le primitivisme en Amérique latine. Elle a reçu un prix de l’Institut des Amériques à Paris pour sa thèse de doctorat qui a été publiée aux Presses universitaires de Rennes en France en 2019. Elle a également publié dans des revues telles que Perspective ou Estudios Indiana et a donné plusieurs conférences à l’Institut national d’histoire de l’art à Paris, à la Bauakademie de Berlin, à l’UNAM à Mexico et à l’Universidad de la Católica à Lima.

Pour vous inscrire à cette conférence, merci de nous contacter à l’adresse suivante : collection.seminaire@gmail.com

Veuillez noter que cette conférence aura lieu sur Skype, nous vous prions de nous communiquer lors de votre demande d’inscription votre identifiant Skype afin que nous puissions vous y inclure

 

Conférence : « Collecting and Provenance: A Multidisciplinary Approach » (09 mars 2020, Londres)

09 mars 2020, 18h00

Institute of Historical Research at the School of Advanced Studies of the University of London, Malet St, London WC1E 7HU

Collecting and Provenance: A Multidisciplinary Approach

Jane Milosch and Nick Pearce

Provenance – tracking the origin, ownership, transfer, and movement of objects – has become somewhat more visible in recent years, spurred on by the restitution of Nazi spoliated artworks and lately human remains and cultural heritage translocated during the colonial era. But rich provenance data is relevant within a wider a range of contexts and for a plurality of audiences where there is a desire to connect with objects, histories, cultures and associated people of all kinds. Through the work of the Smithsonian Provenance Research Initiative Jane Milosch and Nick Pearce have been engaging with provenance from this broad range of perspectives which has resulted in a new book: Collecting and Provenance: A Multidisciplinary Approach, the aim of which is to present provenance as an integral part of collecting history, illuminating the social, economic, and historic contexts in which objects were created and collected. They argue that provenance relates to the history of people as well as objects and its study can reveal an often-intricate network of relationships, patterns of activity, and motivations across a range of disciplinary perspectives.

Continuer la lecture de « Conférence : « Collecting and Provenance: A Multidisciplinary Approach » (09 mars 2020, Londres) »