Parution : Collectionner : acteurs, lieux et valeur(s) (1750-1815) sous la direction de Ludovic Jouvet, Alice Ottazzi et Maël Tauziède-Espariat

 

Image de la couverture : Gabriel de Saint-Aubin, La galerie de Randon de Boisset, pierre noire, sanguine et encre sur papier, 200×157 mm, Lyon, Musée des Tissus et des Arts Décoratifs © Lyon, Musée des Tissus – Sylvain Pretto

 

Collectionner : acteurs, lieux et valeur(s) (1750-1815)
sous la direction de Ludovic Jouvet, Alice Ottazzi et Maël Tauziède-Espariat

Le présent ouvrage réunit les actes du colloque organisé par
le GRHAM (Groupe de Recherche en Histoire de l’art Moderne)
et le Séminaire Collection les 26 et 27 octobre 2020. Dans une
perspective interdisciplinaire innovante, les douze contributions
questionnent la pratique du collectionnisme au tournant des XVIIIe
et XIXe siècles. Alors que le rationalisme des Lumières, friand
de taxinomie, a parfois entraîné une histoire simplifiée du
collectionnisme, ces contributions soulignent au contraire la grande
diversité des pratiques parallèlement à la normalisation de certains
lieux, objets ou statuts du collectionneur.

Publié avec le concours de : École doctorale 441 Histoire de l’art – Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Publication & Diffusion : à partir de décembre 2021, Bibliothèques spécialisées en Histoire de l’art.
Editeur : Paris, Editions du GRHAM – ISBN: 978-2-9559546-2-1

Non commercialisé – (La liste des bibliothèque où consulter l’ouvrage sera publié prochainement)

 

Textes présentés :

Une culture de la collection au XVIIIe siècle ? (Olivier Bonfait)

La réception de Jean Warin au XVIIIe siècle (Ludovic Jouvet)

Gendering Collecting, Collections, and Consumption in Eighteenth-Century Paris (Natasha Shoory)

L’art britannique à Paris au XVIIIe siècle : le recueil gravé comme outil pour l’étude de la réception (Alice Ottazzi)

Collecting landscape drawings in eighteenth-century Paris: delectare and docere (Camilla Pietrabissa)

Antiques et culture d’un amateur et financier parisien de la seconde moitié du XVIIIe siècle : le salon et la bibliothèque d’Harenc de Presle (1710–1802) (Maël Vandewalle)

La pratique de la collection chez le financier de la seconde moitié du XVIIIe siècle (Élodie Kong)

La restitution des biens étrangers sous le Consulat : politique et finance relatives à deux tableaux de Claude Lorrain (Christine Godfroy-Gallardo)

Le Goût des Anglais pour le Mobilier Français: Collectors, Dealers, and the Market, 1785–1815 (Diana Davis)

Redécouverte d’une collection particulière parisienne du XVIIIe siècle : le cabinet de Louis Petit de Bachaumont (Léo Davy)

Le médailliste du siècle des Lumières : entre érudition, prestige et sociabilité (Charlotte Rousset)

Perfide Albion ! Douce Angleterre ? Le collectionnisme d’antiques en temps de rivalité napoléonienne à travers l’exemple croisé de Lord Elgin et du comte de Choiseul-Gouffier (Odile Boubakeur)

Le cabinet d’objets d’art de Balthazar-Georges Sage : la découverte d’une collection entre cabinet particulier et musée au tournant de la Révolution (Maddalena Napolitani)

 

Composition typographique et montage : Valerio Eusebio et Riccardo De Capitani.

Une sélection d’articles sur la culture visuelle en Asie mis à disposition gratuitement par Oxford Academic Journals

Dans le contexte de pandémie, Oxford Academic Journal rend accessible une sélection d’articles sur la culture visuelle en Asie, et les transferts d’influence artistique avec l’Europe. Un certain nombre d’entre eux interrogent la question du goût et de l’histoire des collections asiatique en Europe. À découvrir.

Continuer la lecture de « Une sélection d’articles sur la culture visuelle en Asie mis à disposition gratuitement par Oxford Academic Journals »

Parution : Le goût pour les laques d’Orient en France aux XVIIe et XVIIIe siècles

CASTELLUCCIO Stéphane, Le goût pour les laques d’Orient en France aux XVIIe et XVIIIe siècles, Saint-Remy-en-l’Eau, Monelle Hayot, 2020

Au XVIIe siècle, les termes « lachinage » et surtout « verni » désignaient les objets laqués. Le mot « laque », bien que connu, commença à être employé dans l’acception actuelle à partir des années 1720, se développa à partir des années 1740, particulièrement dans les catalogues de vente, pour supplanter celui de verni, lequel resta toutefois en usage jusqu’à la fin du XVIIIesiècle. De nos jours, le terme laque employé au féminin désigne la matière première non mise en œuvre, tandis qu’au masculin il désigne un objet laqué.
Cet ouvrage offre une synthèse de l’histoire du goût pour les laques en France à l’époque moderne, depuis leur importation jusqu’à leur usage, soit pratique soit comme pièces de collection. Cela permettra de distinguer les convergences et les divergences avec le commerce des porcelaines, dues à la nature des objets, à leur technique, à leurs usages… Si l’appréhension des laques était différente de celle des porcelaines, l’intérêt suscité par ces objets témoignait de la fascination de l’Europe pour ces productions de la fabuleuse Asie. Continuer la lecture de « Parution : Le goût pour les laques d’Orient en France aux XVIIe et XVIIIe siècles »