Séance du Séminaire : “Réflexions sur le collectionnisme et le commerce d’antiquités précolombiennes à Paris durant la deuxième moitié du 19e siècle. Le cas de la collection Boban-Goupil”, 26 octobre 2021 (en ligne)

« Antiquités mexicaines de la collection Hertz ». Aujourd’hui au British Museum. Source : Gallica BnF. Dessin de De Waldeck dans Monuments Anciens du Mexique et du Yucatan. Palenque, Ococingo et autres ruines (…) Par M. De Waldeck et M. l’Abbé Brasseur de Bourbourg. Paris : Arthus Bertrand, 1866. Planche 53.

26 octobre 2021, en ligne, 18h30-20h00

Intervenante : Susana Stüssi Garcia (Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

Réflexions sur le collectionnisme et le commerce d’antiquités précolombiennes à Paris durant la deuxième moitié du 19e siècle. Le cas de la collection Boban-Goupil

Les dernières années ont vu la parution de plusieurs études consacrées à l’histoire des collections précolombiennes conservées aujourd’hui dans des musées français et européens (par exemple Cabello Carro 2001, Hocquenghem et al. 1987, Mongne 2003). Dans la deuxième moitié du 19e siècle, ces collections sont nombreuses en France, en Allemagne et en Angleterre, en partie, grâce à la multiplication des missions archéologiques et ethnographiques en Amérique Latine.
L’émergence d’un public intéressé par ces antiquités précolombiennes, au-delà de la valeur documentaire ou scientifique accordée à ces objets par des érudits et des archéologues, a été moins étudiée. Pourtant, c’est précisément dans la deuxième moitié du 19e siècle que le collectionnisme d’antiquités cesse d’être une pratique érudite pour se répandre plus largement dans la société.
Nous proposons ainsi de traiter trois aspects du collectionnisme d’antiquités précolombiennes dans la deuxième moitié du 19e siècle à Paris. Continuer la lecture de « Séance du Séminaire : “Réflexions sur le collectionnisme et le commerce d’antiquités précolombiennes à Paris durant la deuxième moitié du 19e siècle. Le cas de la collection Boban-Goupil”, 26 octobre 2021 (en ligne) »

Conférence en ligne : « Les arts précolombiens en France de 1875 à 1945 : collectionnisme, histoire du goût et perception de l’altérité américaine » (30 juin, 18h-20h)

Intervenante : Elodie Vaudry

Anonyme, Vue d’ensemble de la salle numéro cinq consacrée au Mexique dans l’Exposition « Les arts anciens de l’Amérique », mai- juin 1928, photographie, tirage sur papier baryté monté sur carton, 12 x 17cm, pavillon de Marsan, Paris. (Paris, musée du quai Branly, photothèque, numéro d’inventaire 1998-19083)


















La prochaine conférence aura pour thème les arts précolombiens en France de 1875 à 1945 : collectionnisme, histoire du goût et perception de l’altérité américaine. Le point de départ de cette étude se situe en 1875, avec le premier Congrès des américanistes et s’achève en 1945, avec la fin de la Seconde Guerre mondiale. Entre ces deux dates, il s’agit d’appréhender l’histoire des transferts culturels entre le Mexique, le Pérou et la France, en mettant d’abord l’accent sur le collectionnisme américaniste. Quand, comment et pourquoi les Français ont-ils fait entrer les arts précolombiens dans leur collection? À partir de là, l’analyse se concentrera sur l’impact de ce collectionnisme pour la perception française des arts précolombiens. Il s’agira de questionner les choix de monstration, les classifications et les exclusions afin de tisser la trame d’une histoire du goût et d’une histoire de l'”Autre”. Entre fantasme et réalité ethnographique, les pièces précolombiennes ont suscité une pléthore de controverses, de récits rocambolesques et de recherches scientifiques déstabilisantes. L’étude de cas paradigmatiques de représentations rêvées et avérées sera le troisième point de cette conférence. Enfin, l’accent de la présentation se portera également sur les méthodologies employées pour cette analyse.

Elodie Vaudry est docteure de l’Université de Paris-Nanterre, à partir de septembre 2020 elle devient conseillère scientifique au Centre Allemand d’Histoire de l’art (DFK) à Paris. Elle a auparavant mener un post-doctorat à l’Institut de recherche esthétique de l’Université nationale autonome du Mexique de 2017 à 2019. Son travail porte sur la présence et les usages de l’art précolombien dans les arts décoratifs de la France pendant l’entre-deux-guerres, les livres sur les motifs préhispaniques, les arts populaires et la diplomatie culturelle et le primitivisme en Amérique latine. Elle a reçu un prix de l’Institut des Amériques à Paris pour sa thèse de doctorat qui a été publiée aux Presses universitaires de Rennes en France en 2019. Elle a également publié dans des revues telles que Perspective ou Estudios Indiana et a donné plusieurs conférences à l’Institut national d’histoire de l’art à Paris, à la Bauakademie de Berlin, à l’UNAM à Mexico et à l’Universidad de la Católica à Lima.

Pour vous inscrire à cette conférence, merci de nous contacter à l’adresse suivante : collection.seminaire@gmail.com

Veuillez noter que cette conférence aura lieu sur Skype, nous vous prions de nous communiquer lors de votre demande d’inscription votre identifiant Skype afin que nous puissions vous y inclure