Appel à communication : Séminaire Collection 2022

COLLECTION / Séminaire sur le collectionnisme et le marché de l’art

Honoré Daumier, Les Amateurs, 1865-1868, Walters Art Museum (CCO)

 

APPEL À COMMUNICATION

Les organisateurs de Collection/Séminaire sur le collectionnisme et le marché de l’art, lancent un appel à communication pour les séances mensuelles du séminaire en 2022. Depuis sa fondation en 2020 le séminaire Collection entend être un lieu de rencontre entre universitaires et conservateurs venus présenter de nouvelles recherches sur tous les sujets relatifs à l’histoire des collections et du marché de l’art.

Les communications pourront concerner toutes les époques sans limitations géographiques et aborder par exemple la constitution et la vie des collections (privées et muséales), l’analyse de la figure du collectionneur dans toute sa complexité (rôle, statut, milieu) et les acteurs du marché de l’art (stratégies et réseau). Nous invitons aussi à porter un regard particulier aux réflexions méthodologiques sur les sources et les outils, y compris numériques.

Chaque séance est formée d’une présentation de 45 minutes suivie d’une discussion. Les séminaires se tiendront en ligne de 18h30 à 20h00, les 15 février, 15 mars, 12 avril, 10 mai, 07 juin, 18 octobre, 15 novembre et 13 décembre 2022.

Les propositions (300 mots) accompagnées d’un CV concis et des dates auxquelles vous n’êtes pas disponibles sont à envoyer avant le 10 décembre 2021 à collection.seminaire@gmail.com. Le choix des propositions sera effectué avant le 15 décembre.

 

CALL FOR PAPERS

The organisers of Collection/Séminaire sur le collectionnisme et le marché de l’art are inviting papers for the monthly sessions of the seminar in 2022. Since its foundation in 2020, the seminar Collection has been a place where academics and curators meet to present new researches on all topics related to the history of collecting and the art market. Continuer la lecture de « Appel à communication : Séminaire Collection 2022 »

Séance du Séminaire : “Réflexions sur le collectionnisme et le commerce d’antiquités précolombiennes à Paris durant la deuxième moitié du 19e siècle. Le cas de la collection Boban-Goupil”, 26 octobre 2021 (en ligne)

« Antiquités mexicaines de la collection Hertz ». Aujourd’hui au British Museum. Source : Gallica BnF. Dessin de De Waldeck dans Monuments Anciens du Mexique et du Yucatan. Palenque, Ococingo et autres ruines (…) Par M. De Waldeck et M. l’Abbé Brasseur de Bourbourg. Paris : Arthus Bertrand, 1866. Planche 53.

26 octobre 2021, en ligne, 18h30-20h00

Intervenante : Susana Stüssi Garcia (Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

Réflexions sur le collectionnisme et le commerce d’antiquités précolombiennes à Paris durant la deuxième moitié du 19e siècle. Le cas de la collection Boban-Goupil

Les dernières années ont vu la parution de plusieurs études consacrées à l’histoire des collections précolombiennes conservées aujourd’hui dans des musées français et européens (par exemple Cabello Carro 2001, Hocquenghem et al. 1987, Mongne 2003). Dans la deuxième moitié du 19e siècle, ces collections sont nombreuses en France, en Allemagne et en Angleterre, en partie, grâce à la multiplication des missions archéologiques et ethnographiques en Amérique Latine.
L’émergence d’un public intéressé par ces antiquités précolombiennes, au-delà de la valeur documentaire ou scientifique accordée à ces objets par des érudits et des archéologues, a été moins étudiée. Pourtant, c’est précisément dans la deuxième moitié du 19e siècle que le collectionnisme d’antiquités cesse d’être une pratique érudite pour se répandre plus largement dans la société.
Nous proposons ainsi de traiter trois aspects du collectionnisme d’antiquités précolombiennes dans la deuxième moitié du 19e siècle à Paris. Continuer la lecture de « Séance du Séminaire : “Réflexions sur le collectionnisme et le commerce d’antiquités précolombiennes à Paris durant la deuxième moitié du 19e siècle. Le cas de la collection Boban-Goupil”, 26 octobre 2021 (en ligne) »

Conférences en ligne : The Arensbergs in Hollywood Discussion Series

Louise Arensberg, Walter Arensberg, and Marcel Duchamp in the garden at 7065 Hillside Avenue, Los Angeles, 1936. Photo courtesy Beatrice Wood Center for the Arts / Happy Valley Foundation

Le Getty et le Philadelphia Museum of Art s’associent pour organiser deux événements virtuels à l’occasion de la publication du GRI Hollywood Arensberg : La collection d’avant-garde au milieu du siècle à Los Angeles.

Pour plus des détails : https://www.getty.edu/visit/cal/events/ev_3242.html

Partie 1 : The Arensbergs in Hollywood
Mardi 15 décembre 2020, 15h-16h30 PST
Arcadia Library Lecture
Veuillez consulter le site du Philadelphia Museum of Arts pour vous inscrire à l’avance pour cet événement en ligne

Partie 2 : The Arensbergs’ Collection: Space, Place, Time
Mardi 9 mars 2021, 15h00-16h30 PST
Inscrivez-vous à l’avance pour cet événement en ligne

Cet événement fait partie d’une série en deux parties présentée par Getty Research Institut en partenariat avec le Philadelphia Museum of Art.

In their Hollywood home, Louise and Walter Arensberg displayed one of
the most important private collections of avant-garde and pre-Columbian
art in the United States, as well as the largest library of works by and
about the philosopher Sir Francis Bacon. Room by room, the photographs
in Hollywood Arensberg: Avant-Garde Collecting in Midcentury L.A.
reconstruct the convergence of cultural artifacts in the couple’s
California modernist home, the center of a burgeoning art scene. In the
second of two conversations, our panelists explore how the context of
the collection shapes how it is assembled, displayed, and interpreted.

The conversation is moderated by Getty Research Institute Director Mary
Miller.

Mark Nelson is an author, design director, and partner at the book
design firm McCall Associates in New York.

Ellen Hoobler is the William B. Ziff Jr. Associate Curator of Art of the
Americas at the Walters Art Museum in Baltimore.

William H. Sherman is director of the Warburg Institute in London.

Colloque : Collectionner : acteurs, lieux et valeur(s) (1750 – 1815) (26-27 octobre 2020, en ligne)

Adriaan de Lelie, De kunstgalerij van Jan Gildemeester Jansz, huile sur toile, 1794–95, Rijksmuseum, Amsterdam

Colloque du GRHAM et du séminaire Collection

Collectionner : acteurs, lieux et valeur(s) (1750 – 1815)

26-27 octobre 2020 – En ligne

Le Groupe de Recherche en Histoire de l’Art Moderne (GRHAM) et le Séminaire Collection s’associent pour l’organisation d’un colloque sur le thème du collectionnisme. Intitulé Collectionner : acteurs, lieux et valeur(s) (1750 – 1815), cet événement a comme objectif d’analyser les collectionneurs à travers leurs pratiques et leurs représentations, en insistant sur de nouvelles pistes de réflexions méthodologiques. Celles-ci permettront d’extraire cette thématique d’approches purement biographiques et monographiques. À partir de cas précis, le colloque entend appréhender le collectionnisme par le biais de problématiques et de méthodes propres qui vont au-delà de la reconstitution d’une collection, un travail certes incontournable, mais conçu ici plutôt comme le point de départ d’une réflexion. Bien que les thématiques à exploiter soient nombreuses, nous nous proposons de borner notre examen à l’étude de quatre axes principaux.

Continuer la lecture de « Colloque : Collectionner : acteurs, lieux et valeur(s) (1750 – 1815) (26-27 octobre 2020, en ligne) »

[Reportée] Séance du Séminaire : “L’émergence d’une approche conservatrice de la collection privée de tableaux à Paris au XIXe siècle” (17 mars 2020, Paris)

Galerie Colbert (2 rue Vivienne, 75002 Paris) / Salle Mariette, 18h30-20h00

Intervenant : Barbara Jouves (Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

François-Louis-Florimond Boulanger, « Coupe longitudinale et plan d’une maison à l’antique », Projet d’une maison pour collectionner ou musée d’antiquités avec une vitrine centrale, vers 1830-1832, aquarelle, 35 x 31,5 cm, Lille, Palais des Beaux-Arts (© RMN-GP)

Entre 1789 et 1870, la manière d’entretenir l’objet d’art et la collection dans son ensemble est réfléchie par les amateurs eux-mêmes, ou par différents professionnels. Les uns et les autres cherchent, par exemple, à anticiper différentes altérations ou dégradations provoquées par l’aménagement des tableaux dans l’espace privé.  Comment entretenir ces œuvres dans le cabinet ou la galerie ? La mise en place de mesures de protection, à une période où ces espaces s’ouvrent à la visite, témoigne de la naissance d’une conscience patrimoniale. Non content de posséder une compréhension plus approfondie des techniques de peinture, l’amateur du XIXe siècle doit faire face à l’anticipation de facteurs externes : la manipulation du tableau, l’humidité de l’air ou la présence de poussière. Plusieurs dispositifs voient le jour pour préserver les collections dans certaines parties de l’espace domestique, accessible ou non à un public extérieur. Des brevets d’invention permettent d’identifier certains de ces procédés de conservation développés à destination des particuliers. Le déplacement de l’œuvre et sa préservation en lieu sûr, notamment en période de conflit, constituent également l’une des préoccupations majeures du collectionneur. Alors que la « conservation préventive » n’existe pas encore sous cette dénomination, d’autres termes sont employés pour définir cette façon de penser par anticipation la conservation de la peinture. 

 

Barbara Jouves est historienne de l’art et a récemment soutenu sa thèse sur La conservation et la collection des tableaux des collections privées à Paris (1789-1870). Chercheure associée à l’équipe d’accueil HiCSA de l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, elle occupe actuellement un poste d’attachée temporaire d’enseignement et de recherche. Elle est l’auteure de plusieurs articles et essais qui portent sur l’histoire des restaurations de tableaux en France au XIXe siècle (Revue des Musées de France. Revue du Musée du Louvre ; Technè ; contribution au catalogue de l’exposition Louis-Philippe et Versailles organisée en 2018-2019).