Séance du Séminaire : « Édouard André et Nélie Jacquemart : deux collectionneurs d’art italien de la fin du XIXe siècle », 19 janvier 2021 (en ligne)

A gauche : Façade sur rue de l’hôtel Jacquemart-André en 1913 – © Fond Bulloz, 1913 ; à droite : Édouard et Nélie André, XIXe siècle, photographie – © Paris, musée Jacquemart-André, Institut de France.

 

19 janvier 2021, en ligne, 18h30-20h00

Intervenante : Giancarla Cilmi (EPHE)

Édouard André et Nélie Jacquemart : deux collectionneurs d’art italien de la fin du XIXe siècle

Édouard André (1833-1894) et Nélie Jacquemart (1841-1912), s’inscrivent dans cette pratique du collectionnisme qui est l’apanage de la grande bourgeoisie occidentale à la fin du XIXe siècle. Lui, il appartient à une grande famille de banquiers protestants français, elle est une artiste-peintre catholique d’origines modestes. Rien ne laisse donc présager qu’ils se marient en 1881. On se demande ce qui a pu unir deux êtres aussi différents. C’est très probablement leur passion commune pour l’art. Contrairement à la plupart des collectionneurs de leur temps, dès le début de leur union, le couple André fait par ailleurs, preuve d’originalité en achetant leurs œuvres, non pas en vente publique, mais directement chez les antiquaires. La passion de Nélie Jacquemart pour l’art de la Renaissance italienne prenant vite le pas sur le goût de son époux pour les productions françaises des XVIIIe et XIXe siècles, ils donnent à leur politique d’achat une orientation précise. Continuer la lecture de « Séance du Séminaire : « Édouard André et Nélie Jacquemart : deux collectionneurs d’art italien de la fin du XIXe siècle », 19 janvier 2021 (en ligne) »

Colloque : Collectionner : acteurs, lieux et valeur(s) (1750 – 1815) (26-27 octobre 2020, en ligne)

Adriaan de Lelie, De kunstgalerij van Jan Gildemeester Jansz, huile sur toile, 1794–95, Rijksmuseum, Amsterdam

Colloque du GRHAM et du séminaire Collection

Collectionner : acteurs, lieux et valeur(s) (1750 – 1815)

26-27 octobre 2020 – En ligne

Le Groupe de Recherche en Histoire de l’Art Moderne (GRHAM) et le Séminaire Collection s’associent pour l’organisation d’un colloque sur le thème du collectionnisme. Intitulé Collectionner : acteurs, lieux et valeur(s) (1750 – 1815), cet événement a comme objectif d’analyser les collectionneurs à travers leurs pratiques et leurs représentations, en insistant sur de nouvelles pistes de réflexions méthodologiques. Celles-ci permettront d’extraire cette thématique d’approches purement biographiques et monographiques. À partir de cas précis, le colloque entend appréhender le collectionnisme par le biais de problématiques et de méthodes propres qui vont au-delà de la reconstitution d’une collection, un travail certes incontournable, mais conçu ici plutôt comme le point de départ d’une réflexion. Bien que les thématiques à exploiter soient nombreuses, nous nous proposons de borner notre examen à l’étude de quatre axes principaux.

Continuer la lecture de « Colloque : Collectionner : acteurs, lieux et valeur(s) (1750 – 1815) (26-27 octobre 2020, en ligne) »

Appel à communication : Patterns of Patronage in Qing Beijing : A New Map (Seattle, 25-28 mars 2021)

Association for Asian Studies 2021
Seattle, 25 – 28 mars 2021

Patterns of Patronage in Qing Beijing: A New Map

Convenors: Michele Matteini (NYU/IFA), Stephen Whiteman (Courtauld Institute of Art)

In the study of Qing art, Beijing has often been described as the stronghold of conservative artistic trends or the stage of spectacular courtly fantasies. Certainly the court’s immense resources defined much of what was created or came through the capital, but the city’s status as an artistic community and network in its own right is not well understood. Recent scholarship reveals that the artistic landscape of Qing Beijing was less homogeneous than previously thought and was shaped by the interaction and competition of different social forces, in which the court was but one agent. To draw a different map of Qing Beijing, this panel asks what other institutional or private spaces existed for the creation and circulation of art in the capital and what were the relationships among them. Questions to be considered could include: the activity of artists between court and private patrons; the role of imperial princes as taste-makers or collectors; art collections at religious institutions; the sponsorship of independent artists by dealers at the Liulichang market; temple fairs, celebratory parades, and other occasions for displaying art in public spaces; and art production and entertainment in Southern City’s opera houses, among others.

Please submit an abstract (250 words max) and short CV to michele.matteini@nyu.edu and stephen.whiteman@courtauld.ac.uk by Monday, 13 July, 2020.