Séance du Séminaire : « Entreprenariat artistique et stratégies d’autopromotion dans la presse régionale d’annonces (1750-1790) », 23 mars 2021 (en ligne)

Jacob Schwartzenbach, Portraitiste à la silhouette et son modèle, 1798, coll. part.

23 mars 2021, en ligne, 18h30-20h00

Intervenante : Professeure Sophie Raux (Lyon 2)

Entreprenariat artistique et stratégies d’autopromotion dans la presse régionale d’annonces (1750-1790)

La fin des années 1750 voit le décollage de la presse d’annonces dans une quarantaine de villes en France. En histoire de l’art, l’intérêt que l’on a prêté à cette source s’est le plus souvent limité aux informations concernant les figures artistiques dominantes à l’échelle d’une ville ainsi que les institutions artistiques locales, écoles de dessins, académies et salons. En revanche, les annonces d’acteurs aujourd’hui inconnus ou peu documentés, pourtant les plus abondantes, n’ont guère retenu l’attention, alors que paradoxalement la vocation de ces annonces était de leur offrir de la visibilité. 

Dans un contexte économique caractérisé par un renforcement de la concurrence, la recherche de nouveaux débouchés et de nouveaux marchés a été cruciale pour maintenir l’activité de nombreux artistes. Elle les a conduits à adopter une forte mobilité, tant professionnelle que géographique. Cette nouvelle configuration a entrainé le développement d’une forme d’échange directe du producteur au consommateur ainsi que l’expansion d’une offre élargie rendue accessible à un public neuf. Accélérateurs de transferts de savoirs faire, ces artistes itinérants ont agi en auto-entrepreneurs, indépendamment des institutions officielles. Ils ont trouvé dans la presse d’annonces une nouvelle arme de communication jouant sur l’autopromotion, essentielle pour assurer leur visibilité de leur temps, comme du nôtre.

Continuer la lecture de « Séance du Séminaire : « Entreprenariat artistique et stratégies d’autopromotion dans la presse régionale d’annonces (1750-1790) », 23 mars 2021 (en ligne) »

Séance du Séminaire : « Le marchand Alexis Delahante (1767-1837) et la dispersion de tableaux de maître entre Paris, Londres et Berlin », 06 octobre 2020 (en ligne)

En ligne, 18h30-20h00

Intervenant : Christine Godfroy-Gallardo

Thomas Rowlandson, Christie’s auction room, Pall Mall, ca. 1808-1810, New York, The Metropolitan Museum of Art (Public Domain)

Au tout début du XIXème siècle, le marchand Alexis Delahante exporte en Angleterre un nombre considérable de tableaux de maître, principalement en provenance des saisies révolutionnaires. La confiscation des collections royales, des richesses de l’Eglise et des biens des émigrés met à la portée des acheteurs anglais des toiles prestigieuses jusqu’alors difficilement accessibles. Les ventes aux enchères représentent pour cette nouvelle clientèle une occasion inespérée de se procurer des tableaux en provenance de France, mais aussi des Pays-Bas autrichiens, de la Hollande ou de l’Italie. De retour à Paris après des années d’exil londonien, Delahante poursuit avec succès son négoce entre la France et l’Angleterre. Il sait combler les attentes d’une riche clientèle anglaise en lui fournissant des chefs- d’œuvre qu’elle souhaite conserver à tout prix sur le sol britannique. Son cercle d’acheteurs comprend aussi bien des membres de l’aristocratie, que des financiers ou des négociants nouvellement enrichis tels que Lord Penrice ou John Julius Angerstein. Fort de son autorité en matière d’expertise, Delahante devient l’un des fournisseurs privilégiés du prince Régent et futur roi d’Angleterre George IV, à qui il procure tableaux et œuvres d’art. Continuer la lecture de « Séance du Séminaire : « Le marchand Alexis Delahante (1767-1837) et la dispersion de tableaux de maître entre Paris, Londres et Berlin », 06 octobre 2020 (en ligne) »

Séance du Séminaire : « Carl Jacobsen et la collection française de la Ny Carlsberg Glyptotek à Copenhague », 22 septembre 2020 (en ligne)

En ligne, 18h30-20h00

Intervenant : Nicholas Parkinson (Ny Carlsberg Glyptotek)

À l’entrée du musée copenhaguois Ny Carlsberg Glyptotek, une sculpture occupe le devant de la scène – Gloria Victis, ou « gloire aux vaincus », un monument aux morts de la guerre de 1870 de l’artiste français Antonin Mercié.

Cette sculpture fut commandée par le collectionneur danois Carl Jacobsen en 1902, qui la plaça au beau milieu du jardin d’hiver du musée pendant son vernissage en 1906 – le même lieu où, deux ans plus tard, Jacobsen accueillera le président français Armand Fallières pendant sa visite au Danemark. Dans le contexte de sa mise en place à Copenhague, Gloria Victis ne représente pas que la défaite de la France en 1870, mais aussi un lien tout à fait unique entre la France et le Danemark, deux pays vaincus pendant les guerres de l’unification allemande.

Cette présentation examine l’origine de la collection française à la Ny Carlsberg Glyptotek à travers l’histoire du collectionneur excentrique et extraordinaire Carl Jacobsen. En tant que collectionneur et organisateur des expositions publiques, Jacobsen a influencé profondément le développement du goût pour l’art français à la fin du dix-neuvième siècle au Danemark. Grâce à lui, ont été révélés des chefs d’œuvres de l’art moderne, comprenant Édouard Manet, Auguste Rodin, Camille Corot, et Eugène Delacroix. En même temps, dans quelle mesure son œil pour l’art n’était-il non pas guidé par l’esprit du modernisme, mais plutôt par sa croyance dans le rôle pédagogique de l’art de répandre les messages moraux et politiques au sein du public ?

Nicholas Parkinson est postdoctorant au musée Ny Carlsberg Glyptotek de Copenhague. Ses recherches sont financées par la bourse Mads Øvlisen de la Fondation Novo Nordisk et se focalisent largement sur les relations artistiques et politiques entre la France et le Danemark à la fin du dix-neuvième siècle. Il est actuellement en train de préparer un article qui s’intitule « Gloria Victis : A French War Monument in Copenhagen ».

La conférence, gratuite, aura lieu sur Zoom. Veillez à vous inscrire au préalable, afin de recevoir les informations nécessaire, à cette adresse : collection.seminaire@gmail.com

 

Parution : Le goût pour les laques d’Orient en France aux XVIIe et XVIIIe siècles

CASTELLUCCIO Stéphane, Le goût pour les laques d’Orient en France aux XVIIe et XVIIIe siècles, Saint-Remy-en-l’Eau, Monelle Hayot, 2020

Au XVIIe siècle, les termes « lachinage » et surtout « verni » désignaient les objets laqués. Le mot « laque », bien que connu, commença à être employé dans l’acception actuelle à partir des années 1720, se développa à partir des années 1740, particulièrement dans les catalogues de vente, pour supplanter celui de verni, lequel resta toutefois en usage jusqu’à la fin du XVIIIesiècle. De nos jours, le terme laque employé au féminin désigne la matière première non mise en œuvre, tandis qu’au masculin il désigne un objet laqué.
Cet ouvrage offre une synthèse de l’histoire du goût pour les laques en France à l’époque moderne, depuis leur importation jusqu’à leur usage, soit pratique soit comme pièces de collection. Cela permettra de distinguer les convergences et les divergences avec le commerce des porcelaines, dues à la nature des objets, à leur technique, à leurs usages… Si l’appréhension des laques était différente de celle des porcelaines, l’intérêt suscité par ces objets témoignait de la fascination de l’Europe pour ces productions de la fabuleuse Asie. Continuer la lecture de « Parution : Le goût pour les laques d’Orient en France aux XVIIe et XVIIIe siècles »