Colloque : Collectionner : acteurs, lieux et valeur(s) (1750 – 1815) (26-27 octobre 2020, en ligne)

Adriaan de Lelie, De kunstgalerij van Jan Gildemeester Jansz, huile sur toile, 1794–95, Rijksmuseum, Amsterdam

Colloque du GRHAM et du séminaire Collection

Collectionner : acteurs, lieux et valeur(s) (1750 – 1815)

26-27 octobre 2020 – En ligne

Le Groupe de Recherche en Histoire de l’Art Moderne (GRHAM) et le Séminaire Collection s’associent pour l’organisation d’un colloque sur le thème du collectionnisme. Intitulé Collectionner : acteurs, lieux et valeur(s) (1750 – 1815), cet événement a comme objectif d’analyser les collectionneurs à travers leurs pratiques et leurs représentations, en insistant sur de nouvelles pistes de réflexions méthodologiques. Celles-ci permettront d’extraire cette thématique d’approches purement biographiques et monographiques. À partir de cas précis, le colloque entend appréhender le collectionnisme par le biais de problématiques et de méthodes propres qui vont au-delà de la reconstitution d’une collection, un travail certes incontournable, mais conçu ici plutôt comme le point de départ d’une réflexion. Bien que les thématiques à exploiter soient nombreuses, nous nous proposons de borner notre examen à l’étude de quatre axes principaux.

Continuer la lecture de « Colloque : Collectionner : acteurs, lieux et valeur(s) (1750 – 1815) (26-27 octobre 2020, en ligne) »

Conférence en ligne : « Charles I and the Art of Italy in Spain », Dr Susan Bracken (13 août 2020, 19h30)

The Society for the History of Collecting
Invites you to its Online Lecture

Charles I and the Art of Italy in Spain
Dr Susan Bracken
13 août 2020, 19h30

1623 was a significant year for the outstanding collection being formed by the future Charles I.  In January John and Tom Smith (aka Charles, Prince of Wales and George Villiers, Marquess of Buckingham) set off for Madrid, with the aim of securing the hand of the Infanta for the Prince. They spent six months in Spain, but the negotiations failed.  However, Charles’s experience of the art he saw, was given and acquired in Spain had a lasting influence on his taste, future patronage and purchases.  It has often been remarked that it was in Spain that he fell in love with Titian but less frequently noticed that this was also the moment at which the Prince began to acquire copies of masterpieces, the originals being unobtainable.  Ten years later he still desired some of those paintings and began a new artistic campaign in Madrid, perhaps inspired by Rubens’s visit to London in 1629.   This paper will offer some ideas about these less well-known aspects of the king’s collection.

Dr Susan Bracken‘s thesis was on ‘Collectors and Collecting in England c.1600-c.1650’. She lectures regularly at the Victoria & Albert Museum and is an Associate Lecturer at Birkbeck College. Susan is co-convenor of the research seminar ‘Collecting & Display’ at the Institute of Historical Research and a Liveryman of the Worshipful Company of Arts Scholars. Her publications include: ‘Charles I and the Art of Italy in Spain’ in Las copias de obras maestras de la pintura en las colecciones de los Austrias y el Museo del Prado(forthcoming, Museo del Prado 2020). ‘The ambassador and the artist – Sir Dudley Carleton’s relationship with Peter Paul Rubens:  connoisseurship and collecting at the court of the early Stuarts’ (with Robert Hill), Journal of the History of Collections, 26, 2 (2014) pp.171-191.

To register for this event please email events@societyhistorycollecting.org

Appel à communication : Patterns of Patronage in Qing Beijing : A New Map (Seattle, 25-28 mars 2021)

Association for Asian Studies 2021
Seattle, 25 – 28 mars 2021

Patterns of Patronage in Qing Beijing: A New Map

Convenors: Michele Matteini (NYU/IFA), Stephen Whiteman (Courtauld Institute of Art)

In the study of Qing art, Beijing has often been described as the stronghold of conservative artistic trends or the stage of spectacular courtly fantasies. Certainly the court’s immense resources defined much of what was created or came through the capital, but the city’s status as an artistic community and network in its own right is not well understood. Recent scholarship reveals that the artistic landscape of Qing Beijing was less homogeneous than previously thought and was shaped by the interaction and competition of different social forces, in which the court was but one agent. To draw a different map of Qing Beijing, this panel asks what other institutional or private spaces existed for the creation and circulation of art in the capital and what were the relationships among them. Questions to be considered could include: the activity of artists between court and private patrons; the role of imperial princes as taste-makers or collectors; art collections at religious institutions; the sponsorship of independent artists by dealers at the Liulichang market; temple fairs, celebratory parades, and other occasions for displaying art in public spaces; and art production and entertainment in Southern City’s opera houses, among others.

Please submit an abstract (250 words max) and short CV to michele.matteini@nyu.edu and stephen.whiteman@courtauld.ac.uk by Monday, 13 July, 2020.

Parution : Le goût pour les laques d’Orient en France aux XVIIe et XVIIIe siècles

CASTELLUCCIO Stéphane, Le goût pour les laques d’Orient en France aux XVIIe et XVIIIe siècles, Saint-Remy-en-l’Eau, Monelle Hayot, 2020

Au XVIIe siècle, les termes « lachinage » et surtout « verni » désignaient les objets laqués. Le mot « laque », bien que connu, commença à être employé dans l’acception actuelle à partir des années 1720, se développa à partir des années 1740, particulièrement dans les catalogues de vente, pour supplanter celui de verni, lequel resta toutefois en usage jusqu’à la fin du XVIIIesiècle. De nos jours, le terme laque employé au féminin désigne la matière première non mise en œuvre, tandis qu’au masculin il désigne un objet laqué.
Cet ouvrage offre une synthèse de l’histoire du goût pour les laques en France à l’époque moderne, depuis leur importation jusqu’à leur usage, soit pratique soit comme pièces de collection. Cela permettra de distinguer les convergences et les divergences avec le commerce des porcelaines, dues à la nature des objets, à leur technique, à leurs usages… Si l’appréhension des laques était différente de celle des porcelaines, l’intérêt suscité par ces objets témoignait de la fascination de l’Europe pour ces productions de la fabuleuse Asie. Continuer la lecture de « Parution : Le goût pour les laques d’Orient en France aux XVIIe et XVIIIe siècles »

Colloque : Collections et collectionneurs d’antiquités à la Belle Époque (fin XIXe siècle – 1914)

7 novembre 2019 – 11H30 – 17H30
INHA, galerie Colbert, auditorium

8 novembre 2019 – 9H30 – 17H
/ Sur inscription, par mail
Musée du Louvre, salle des 80

Accès par le passage Richelieu sur présentation de la confirmation d’inscription

9 novembre 2019 – 9H30 – 17H
INHA, galerie Colbert, auditorium

 

Les années 1880-1914 sont la Belle Époque du collectionnisme d’antiques, sorti du cercle restreint des amateurs érudits et fortunés pour se répandre largement dans la société européenne, qui acquiert des statuettes bon marché aux marbres les plus prestigieux. Lieux centraux où se font et défont les collections, les salles de vente, notamment parisiennes, sont au cœur des pratiques et des modes d’acquisition des différents acteurs du marché.

Alors que certains artistes et collectionneurs initient durant cette période une véritable rupture vis-à-vis de l’art classique, ces décennies sont marquées par la persistance d’un puissant goût pour l’Antiquité, aux sources toutefois toujours plus variées. Si les périodes dites « classiques » des arts grec et romain continuent de dominer les acquisitions sur le marché de l’art, les périodes haute et tardive attirent davantage l’attention des savants et des collectionneurs, de même que les autres cultures du pourtour méditerranéen et du Moyen-Orient. Cette période est aussi l’âge d’or de l’archéologie de terrain, dans un cadre législatif qui empêche largement l’exportation des œuvres ; si les lois sont souvent contournées, la production de faux parfois très élaborés permet aussi d’alimenter l’appétit des collectionneurs. Par ailleurs, les musées sont désormais des acteurs incontournables du marché, ils déploient leurs propres stratégies de développement des collections et recueillent de plus en plus fréquemment les collections privées plus ou moins anciennement constituées.

À partir de l’étude de figures de collectionneurs que les recherches récentes permettent de mieux cerner, ce colloque a pour objectif d’offrir un panorama des collections d’antiques en cette longue fin de siècle qui précède la Première Guerre mondiale. On s’intéressera aux collectionneurs eux-mêmes, des plus fortunés aux plus humbles, aux catégories d’œuvres concernées, à l’ampleur des collections, et aux stratégies mises en place pour constituer ces ensembles. À partir de l’étude de cas particuliers, on visera une synthèse sur cette période charnière dans l’histoire des collections d’antiques, à l’origine de bien des fonds des musées d’aujourd’hui.

Continuer la lecture de « Colloque : Collections et collectionneurs d’antiquités à la Belle Époque (fin XIXe siècle – 1914) »