Séance du Séminaire : « Carl Jacobsen et la collection française de la Ny Carlsberg Glyptotek à Copenhague », 22 septembre 2020 (en ligne)

En ligne, 18h30-20h00

Intervenant : Nicholas Parkinson (Ny Carlsberg Glyptotek)

À l’entrée du musée copenhaguois Ny Carlsberg Glyptotek, une sculpture occupe le devant de la scène – Gloria Victis, ou « gloire aux vaincus », un monument aux morts de la guerre de 1870 de l’artiste français Antonin Mercié.

Cette sculpture fut commandée par le collectionneur danois Carl Jacobsen en 1902, qui la plaça au beau milieu du jardin d’hiver du musée pendant son vernissage en 1906 – le même lieu où, deux ans plus tard, Jacobsen accueillera le président français Armand Fallières pendant sa visite au Danemark. Dans le contexte de sa mise en place à Copenhague, Gloria Victis ne représente pas que la défaite de la France en 1870, mais aussi un lien tout à fait unique entre la France et le Danemark, deux pays vaincus pendant les guerres de l’unification allemande.

Cette présentation examine l’origine de la collection française à la Ny Carlsberg Glyptotek à travers l’histoire du collectionneur excentrique et extraordinaire Carl Jacobsen. En tant que collectionneur et organisateur des expositions publiques, Jacobsen a influencé profondément le développement du goût pour l’art français à la fin du dix-neuvième siècle au Danemark. Grâce à lui, ont été révélés des chefs d’œuvres de l’art moderne, comprenant Édouard Manet, Auguste Rodin, Camille Corot, et Eugène Delacroix. En même temps, dans quelle mesure son œil pour l’art n’était-il non pas guidé par l’esprit du modernisme, mais plutôt par sa croyance dans le rôle pédagogique de l’art de répandre les messages moraux et politiques au sein du public ?

Nicholas Parkinson est postdoctorant au musée Ny Carlsberg Glyptotek de Copenhague. Ses recherches sont financées par la bourse Mads Øvlisen de la Fondation Novo Nordisk et se focalisent largement sur les relations artistiques et politiques entre la France et le Danemark à la fin du dix-neuvième siècle. Il est actuellement en train de préparer un article qui s’intitule « Gloria Victis : A French War Monument in Copenhagen ».

La conférence, gratuite, aura lieu sur Zoom. Veillez à vous inscrire au préalable, afin de recevoir les informations nécessaire, à cette adresse : collection.seminaire@gmail.com

 

Appel à communication : “Collectionner : acteurs, lieux et valeur(s) (1750 – 1815)” (Paris, 15-16 juin 2020)

Adriaan de Lelie, De kunstgalerij van Jan Gildemeester Jansz, huile sur toile, 1794–95, Rijksmuseum, Amsterdam

 

Date limite : 05 avril 2020.
15 -16 juin 2020, salle Jullian (15 juin) et salle Vasari (16 juin), Institut National d’Histoire de l’Art (INHA) 

Pour clôturer cette année académique, le Groupe de Recherche en Histoire de l’Art Moderne (GRHAM) s’associe au Séminaire Collection pour l’organisation d’un colloque sur le thème du collectionnisme. Intitulé Collectionner : acteurs, lieux et valeur(s) (1750 – 1815), cet événement a comme objectif d’analyser les collectionneurs à travers leurs pratiques et leurs représentations, en insistant sur de nouvelles pistes de réflexions méthodologiques. Celles-ci permettront d’extraire cette thématique d’approches purement biographiques et monographiques. À partir de cas précis, le colloque entend appréhender le collectionnisme par le biais de problématiques et de méthodes propres qui vont au-delà de la reconstitution d’une collection, un travail certes incontournable, mais conçu ici plutôt comme le point de départ d’une réflexion. Bien que les thématiques à exploiter soient nombreuses, nous nous proposons de borner notre examen à l’étude de trois axes principaux.

Continuer la lecture de « Appel à communication : “Collectionner : acteurs, lieux et valeur(s) (1750 – 1815)” (Paris, 15-16 juin 2020) »

Appel à communication : « Collecting Africa » (27 avril 2020, Oxford)

Date limite : 31 janvier 2020

Collecting Africa: Before, During and After Colonial Overrule

In recent years European and US museums and libraries have been facing mounting calls for the return of objects taken or acquired from Africa and other parts of the world during the Colonial era. The objects, the ways in which they are gathered and presented, and the institutions which house them have become contested, especially when they are tied to histories of violence and dispossession. The contestation is driven by a greater awareness of the relations between institutions and politics, but also by changes in society and the balance of power. These issues have become interwoven with calls for change in the geopolitics of knowledge which have been met with support and opposition, sometimes violent, as in the case of Rhodes University. The increased focus on these issues in the media indicates that these collections have come to embody competing interests and the struggles of individuals within modern societies, and that the debates about them are as much about the present as the past. Museums in the UK have been responding in different ways to these challenges while scholars and governments debate on the institutional actions or activities that should be undertaken to address these contested collections, especially after the Sarr-Savoy report.

Continuer la lecture de « Appel à communication : « Collecting Africa » (27 avril 2020, Oxford) »

Parution : « The Lost Library of the King of Portugal »

Angela Delaforce, The Lost Library of the King of Portugal, Londres, Paul Holberton Publishing, 2019

Relié, 28 x 24 cm

330 pages, 200 ill. couleurs

ISBN: 978-1-912168-15-6

Prix : £45

The destruction on the morning of All Saints Day 1755 of the heart of the city of Lisbon by an earthquake, tidal wave and the urban fires that followed was a tragedy that divides the 18th century in Portugal. One casualty on that fatal morning was the Royal Library, one of the most magnificent libraries in Europe at the time. The Lost Library of the King of Portugal tells the story of the lost library—its creation, collection, and significance.

Continuer la lecture de « Parution : « The Lost Library of the King of Portugal » »

Colloque : « Photographica. Patrimoines photographiques. (7 et 8 novembre 2019, Paris)

Photographica. Patrimoines photographiques : histoires, ethnologies, émotions.

Organisé par la Société française de photographie, avec le soutien du Ministère de la Culture(Délégation à la photographie) et le concours du Musée des Arts Décoratifs.

Auditorium du Musée des Arts Décoratifs

111 rue de Rivoli

75001 Paris

jeudi 7 et vendredi 8 novembre 2019

(entrée libre dans la limite des places disponibles)

Qu’est-ce qui fait patrimoine(s) dans le domaine de la photographie aujourd’hui ? Devons-nous conserver tous azimuts les traces et témoignages d’une photographie “d’avant” ? Il semble qu’on ait oscillé entre l’idée d’un trop-plein d’images photographiques et celle d’une raréfaction des fonds argentiques. Autour de trois volets « histoires, ethnologies et émotions » qui sont trois façons de reconfigurer la question, ce colloque voudrait envisager la matière et l’épaisseur patrimoniales qui constituent le champ de la recherche contemporaine en photographie. Organisé par la Société française de Photographie, avec le soutien du ministère de la Culture et le concours du Musée des Arts décoratifs, le colloque Patrimoines Photographiques lance les activités de la revue Photographica.

Programme

Jeudi 7 novembre

  • 9:00 : Introduction Marion Hislen [Déléguée à la photographie, Ministère de la Culture] , Eléonore Challine, Paul-Louis Roubert et Sébastien Quéquet [attaché de conservation, responsable des collections photographiques, MAD]

L’invention des patrimoines photographiques

(modération : Carolin Görgen, Docteure Université Paris-Diderot – École du Louvre)

  • 9:30-10:00 : Sylvie Aubenas [Directrice du département des Estampes et de la Photographie – Bibliothèque nationale de France], “Documentation ou œuvres d’art ? Naissances et renaissances de la collection de photographies du département des Estampes de la BnF – 1851-1945”
  • 10:00-10:30 : Judith Lyon-Caen [Directrice d’études EHESS, CRH-GRIHL], « Comment voir les traces d’une ville effacée ? Barbey d’Aurevilly, Marville, Talbot »

Continuer la lecture de « Colloque : « Photographica. Patrimoines photographiques. (7 et 8 novembre 2019, Paris) »