Appel à communication : “Antiquities, the Art Market and Collecting » (Londres, 17-18 septembre 2020)

Joseph Wright of Derby, Academy by Lamplight, 1769, huile sur toile, New Haven, Yale Center for British Art, Paul Mellon Collection.

Antiquities, the Art Market and Collecting in Britain and Italy in the 18th century

Date limite :  15 april 2020

17-18 septembre 2020, Birkbeck, University of London

 

Recent years have seen a resurgence of interest in the formation and display of country house collections of art and antiquities in Britain, and particularly those created as a result of a Grand Tour to Italy in the eighteenth century. From The English Prize at the Ashmolean Museum in 2012 and the collaboration between Houghton Hall and The Hermitage State Museum, Houghton Revisited, in 2013, to The Lost Treasures of Strawberry Hill: Masterpieces from Horace Walpole’s Collection in 2018, curators and academics have sought to investigate the antiquities, paintings and collectibles that were brought to Britain in such large quantities.

However, the organisation of the art market at that time has received less attention, and far less than it deserves given its fundamental role in the processes by which objects arrived in collections at that time. New contexts for collecting have also emerged, such as the history of consumption and the economic background to the acquisition of so-called ‘luxury’ goods and prestige objects. The art market of the eighteenth century continues to play a vital role in collecting today; with so many of the objects acquired during a Grand Tour since dispersed in house sales and auctions, or bequeathed or sold to museums. The antiquities and paintings that once adorned the galleries of the cultured in Britain are also still to be found for sale, indicating the longevity of their appeal and value for collectors.

Continuer la lecture de « Appel à communication : “Antiquities, the Art Market and Collecting » (Londres, 17-18 septembre 2020) »

Séance du Séminaire : « Dressing up buildings. Les espaces du collectionnisme et l’exemple des Gonzaga de Mantoue. » (18 février 2020, Paris)

Galerie Colbert (2 rue Vivienne, 75002 Paris) / Salle Pereisc, 18h30-20h00

Intervenant : Pamela Bianchi (Paris 8)

Ippolito Andreasi, Galerie des mois, paroi sud (1567-1568), Künstmuseum der Stadt Düsseldorf

La Galerieta verso la Mostra (la galerie des Marbres ou des Mois); la Galeria Grande (la galerie de l’exposition construite vers 1592 pour rassembler des peintures modernes) ; le Coridore che guarda verso la Santa Barbara (couloir reliant deux sections du bâtiment, s’ouvrant au centre vers la basilique palatine, servant de lieu de stockage pour peintures et sculptures) ; le Logion Serato (galerie de miroirs, point d’appui de la structure d’exposition) ; le Passetto davanti al Camarino della Grotta et la Stanza contigua alla Libreria

En 1626, ces lieux structuraient le palais ducal de la famille des Gonzague à Mantoue. Consacrés à la présentation des collections d’antiquités et de peintures, ils traduisaient également le programme iconographique et «muséographique » pensé par Ferdinando Gonzague. Telle une véritable machine à exposer, le palais était le portrait architectural de la famille, qui en magnifiait le pouvoir intellectuel et culturel.

L’étude de la relation entre la structure architecturale du palais et l’accrochage de la collection mobilise aujourd’hui les enjeux et les débats sur le rôle des collections dans la conception des premiers espaces d’exposition et des stratégies expographiques, nés avant l’ouverture des premiers lieux museaux. 

Tout en détaillant les étapes d’une sorte de promenade architecturale, il s’agira alors de sonder l’expérience esthétique du visiteur à l’intérieur du palais ducal de Mantoue, où une succession d’espaces spécialement « habillés » se dévoilait par les « yeux qui voyaient, par la tête qui tournait et les jambes qui marchaient ». Cette intervention sera notamment l’occasion pour proposer une nouvelle forme de lecture historiographique des espaces du collectionnisme au XVIe et XVIIe siècle, vis-à-vis du vocabulaire muséographique contemporain, du design d’espace et des modalités d’exposition de l’époque.

Pamela Bianchi est historienne de l’art et docteur en Esthétique, Sciences et Technologies des Arts de l’Université Paris 8. Elle est chercheuse rattachée au laboratoire AI-AC de l’Université Paris 8, où elle a enseigné pendant plusieurs années l’histoire de l’espace d’exposition. Ses recherches incluent l’histoire de l’espace d’exposition et de l’architecture d’exposition, les théories expographiques et les études muséographiques. Elle est l’auteure de l’ouvrage Espaces de l’œuvre, espaces de l’exposition. De nouvelles formes d’expérience dans l’art contemporain (Paris : Connaissances et Savoirs, 2016). Elle poursuit actuellement une recherche sur l’histoire de l’espace d’exposition de la Renaissance au XVIIIe siècle: De Spatio Picto. The Imageries of the Exhibition Space in the Early Modern Period (1450–1750).