SHC Online Conference : Selling Pictures in Eighteenth-Century London – Visualizing a Tightly-Knit Profession, 26 janvier 2021

The Society for the History of Collecting vous invite à la prochaine conférence en ligne :

Selling Pictures in Eighteenth-Century London – Visualizing a Tightly-Knit Profession

 Intervenante : Dr. Bénédicte Miyamoto, Maître de conférence, Université Sorbonne-Nouvelle

26 Janvier 2021, 19h30 

In a century obsessed with the frenetic pace of novelty, and a world of art collecting regularly disrupted and fed by cycles of bankruptcy and dispersion, the London art market was surprisingly stable, its professionals well-connected, and its modus operandi well-honed already by the 1750s. English sales took their blueprints from the Netherlands and France, but quickly developed their own original process of ascending bidding coupled with ascending price expectations. This home-grown sales strategy and the conditions of sales remained unchanged as the art market internationalised over the next decades. The London market became also more local and less influenced by consumption patterns prevalent abroad, as the new generations of English art lovers gained maturity and asserted their national preferences. New perspectives reveal in particular the importance of dealers as sellers behind the scenes of the auction. Continuer la lecture de « SHC Online Conference : Selling Pictures in Eighteenth-Century London – Visualizing a Tightly-Knit Profession, 26 janvier 2021 »

Séance du Séminaire : « Les enjeux érudits du collectionnisme d’Edmond Foulc, bibliophile et collectionneur éclairé du XIXe siècle », 10 novembre 2020 (en ligne)

En ligne, 18h30-20h00

Intervenante : Alexandra Gauthier (Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

Les enjeux érudits du collectionnisme d’Edmond Foulc, bibliophile et collectionneur éclairé du XIXe siècle

Edmond Foulc (1828-1916) est un membre reconnu du Cénacle des collectionneurs et bibliophiles français de la fin du XIX e siècle. Ce grand patron de l’industrie textile et tinctoriale, issu de la haute société protestante nîmoise, a favorisé la reconnaissance des arts décoratifs et architecturaux de la Renaissance européenne par la constitution d’une collection d’objets d’arts décoratifs et d’une bibliothèque de livres rares. Pendant près de cinquante ans, il collectera, sélectionnera et constituera une collection d’œuvres d’art Renaissance par près de deux cent cinquante objets provenant de France, d’Italie et d’Allemagne (XIV e – XVII e siècle) ainsi qu’une bibliothèque composée, quant à elle, de près de sept cents références comprenant des livres d’architecture, des recueils d’ornements, des livres illustrés, des estampes et des dessins du XV e au XVIII e siècle.  Continuer la lecture de « Séance du Séminaire : « Les enjeux érudits du collectionnisme d’Edmond Foulc, bibliophile et collectionneur éclairé du XIXe siècle », 10 novembre 2020 (en ligne) »

Colloque : « Marchandes d’art (XIXe-XXe siècles) » (13, 14 et 15 novembre 2019, Paris)

Musée des Arts Décoratifs, entrée au 111, rue de Rivoli, Paris
13, 14 et 15 novembre 2019

PROGRAMME :

Médiation assurée par le comité scientifique : Marianne Le Morvan, Cloé Pitiot et Denise Vernerey

Communications de 30 minutes suivies de 15 minutes de questions du public

Mercredi 13 novembre 2019 : Les pionnières

  • 9h30 : Florine Langweil

“ Lorsque je vins pour la première fois à Paris, en 1882, je ne pensais évidemment pas que je passerais ma vie au milieu des antiquités chinoises et japonaises. Ce fut mon mariage qui, ainsi qu’il arrive à presque toutes les jeunes femmes, décida de mon avenir.

Mon mari était commissionnaire en marchandises, mais ne s’occupait à peu près exclusivement que de la vente des bibelots modernes, qui valaient du reste assez cher à l’époque. Lorsque je l’épousai, nous décidâmes de ne plus nous occuper que des objets d’art anciens et, abandonnant la vente des chinoiseries et japoneries modernes à nos concurrents, nous installâmes un magasin d’antiquités.

Je me passionnai tôt pour les peintures et sculptures de l’ancienne Chine et du vieux Japon, qui étaient – il faut bien le dire – à peu près inconnues en Europe, à cette époque. Du moins très rares étaient les personnes qui savaient acheter et recherchaient l’authenticité des bibelots. Tout un marché nous était donc ouvert, et il y avait une mode à lancer.”

Intervenant : Diederik Bakhuÿs, Historien de l’art, conservateur au musée des Beaux-Arts de Rouen et membre du conseil d’administration du Fonds de dotation André et Berthe Noufflard.

Continuer la lecture de « Colloque : « Marchandes d’art (XIXe-XXe siècles) » (13, 14 et 15 novembre 2019, Paris) »