[Reportée] Séance du Séminaire : « L’émergence d’une approche conservatrice de la collection privée de tableaux à Paris au XIXe siècle » (17 mars 2020, Paris)

Galerie Colbert (2 rue Vivienne, 75002 Paris) / Salle Mariette, 18h30-20h00

Intervenant : Barbara Jouves (Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

François-Louis-Florimond Boulanger, « Coupe longitudinale et plan d’une maison à l’antique », Projet d’une maison pour collectionner ou musée d’antiquités avec une vitrine centrale, vers 1830-1832, aquarelle, 35 x 31,5 cm, Lille, Palais des Beaux-Arts (© RMN-GP)

Entre 1789 et 1870, la manière d’entretenir l’objet d’art et la collection dans son ensemble est réfléchie par les amateurs eux-mêmes, ou par différents professionnels. Les uns et les autres cherchent, par exemple, à anticiper différentes altérations ou dégradations provoquées par l’aménagement des tableaux dans l’espace privé.  Comment entretenir ces œuvres dans le cabinet ou la galerie ? La mise en place de mesures de protection, à une période où ces espaces s’ouvrent à la visite, témoigne de la naissance d’une conscience patrimoniale. Non content de posséder une compréhension plus approfondie des techniques de peinture, l’amateur du XIXe siècle doit faire face à l’anticipation de facteurs externes : la manipulation du tableau, l’humidité de l’air ou la présence de poussière. Plusieurs dispositifs voient le jour pour préserver les collections dans certaines parties de l’espace domestique, accessible ou non à un public extérieur. Des brevets d’invention permettent d’identifier certains de ces procédés de conservation développés à destination des particuliers. Le déplacement de l’œuvre et sa préservation en lieu sûr, notamment en période de conflit, constituent également l’une des préoccupations majeures du collectionneur. Alors que la « conservation préventive » n’existe pas encore sous cette dénomination, d’autres termes sont employés pour définir cette façon de penser par anticipation la conservation de la peinture. 

 

Barbara Jouves est historienne de l’art et a récemment soutenu sa thèse sur La conservation et la collection des tableaux des collections privées à Paris (1789-1870). Chercheure associée à l’équipe d’accueil HiCSA de l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, elle occupe actuellement un poste d’attachée temporaire d’enseignement et de recherche. Elle est l’auteure de plusieurs articles et essais qui portent sur l’histoire des restaurations de tableaux en France au XIXe siècle (Revue des Musées de France. Revue du Musée du Louvre ; Technè ; contribution au catalogue de l’exposition Louis-Philippe et Versailles organisée en 2018-2019). 

 

Appel à communication : « Collecting Africa » (27 avril 2020, Oxford)

Date limite : 31 janvier 2020

Collecting Africa: Before, During and After Colonial Overrule

In recent years European and US museums and libraries have been facing mounting calls for the return of objects taken or acquired from Africa and other parts of the world during the Colonial era. The objects, the ways in which they are gathered and presented, and the institutions which house them have become contested, especially when they are tied to histories of violence and dispossession. The contestation is driven by a greater awareness of the relations between institutions and politics, but also by changes in society and the balance of power. These issues have become interwoven with calls for change in the geopolitics of knowledge which have been met with support and opposition, sometimes violent, as in the case of Rhodes University. The increased focus on these issues in the media indicates that these collections have come to embody competing interests and the struggles of individuals within modern societies, and that the debates about them are as much about the present as the past. Museums in the UK have been responding in different ways to these challenges while scholars and governments debate on the institutional actions or activities that should be undertaken to address these contested collections, especially after the Sarr-Savoy report.

Continuer la lecture de « Appel à communication : « Collecting Africa » (27 avril 2020, Oxford) »

Colloque : « Photographica. Patrimoines photographiques. (7 et 8 novembre 2019, Paris)

Photographica. Patrimoines photographiques : histoires, ethnologies, émotions.

Organisé par la Société française de photographie, avec le soutien du Ministère de la Culture(Délégation à la photographie) et le concours du Musée des Arts Décoratifs.

Auditorium du Musée des Arts Décoratifs

111 rue de Rivoli

75001 Paris

jeudi 7 et vendredi 8 novembre 2019

(entrée libre dans la limite des places disponibles)

Qu’est-ce qui fait patrimoine(s) dans le domaine de la photographie aujourd’hui ? Devons-nous conserver tous azimuts les traces et témoignages d’une photographie “d’avant” ? Il semble qu’on ait oscillé entre l’idée d’un trop-plein d’images photographiques et celle d’une raréfaction des fonds argentiques. Autour de trois volets « histoires, ethnologies et émotions » qui sont trois façons de reconfigurer la question, ce colloque voudrait envisager la matière et l’épaisseur patrimoniales qui constituent le champ de la recherche contemporaine en photographie. Organisé par la Société française de Photographie, avec le soutien du ministère de la Culture et le concours du Musée des Arts décoratifs, le colloque Patrimoines Photographiques lance les activités de la revue Photographica.

Programme

Jeudi 7 novembre

  • 9:00 : Introduction Marion Hislen [Déléguée à la photographie, Ministère de la Culture] , Eléonore Challine, Paul-Louis Roubert et Sébastien Quéquet [attaché de conservation, responsable des collections photographiques, MAD]

L’invention des patrimoines photographiques

(modération : Carolin Görgen, Docteure Université Paris-Diderot – École du Louvre)

  • 9:30-10:00 : Sylvie Aubenas [Directrice du département des Estampes et de la Photographie – Bibliothèque nationale de France], “Documentation ou œuvres d’art ? Naissances et renaissances de la collection de photographies du département des Estampes de la BnF – 1851-1945”
  • 10:00-10:30 : Judith Lyon-Caen [Directrice d’études EHESS, CRH-GRIHL], « Comment voir les traces d’une ville effacée ? Barbey d’Aurevilly, Marville, Talbot »

Continuer la lecture de « Colloque : « Photographica. Patrimoines photographiques. (7 et 8 novembre 2019, Paris) »