Séance du Séminaire : “Le marchand Alexis Delahante (1767-1837) et la dispersion de tableaux de maître entre Paris, Londres et Berlin”, 06 octobre 2020 (en ligne)

En ligne, 18h30-20h00

Intervenant : Christine Godfroy-Gallardo

Thomas Rowlandson, Christie’s auction room, Pall Mall, ca. 1808-1810, New York, The Metropolitan Museum of Art (Public Domain)

Au tout début du XIXème siècle, le marchand Alexis Delahante exporte en Angleterre un nombre considérable de tableaux de maître, principalement en provenance des saisies révolutionnaires. La confiscation des collections royales, des richesses de l’Eglise et des biens des émigrés met à la portée des acheteurs anglais des toiles prestigieuses jusqu’alors difficilement accessibles. Les ventes aux enchères représentent pour cette nouvelle clientèle une occasion inespérée de se procurer des tableaux en provenance de France, mais aussi des Pays-Bas autrichiens, de la Hollande ou de l’Italie. De retour à Paris après des années d’exil londonien, Delahante poursuit avec succès son négoce entre la France et l’Angleterre. Il sait combler les attentes d’une riche clientèle anglaise en lui fournissant des chefs- d’œuvre qu’elle souhaite conserver à tout prix sur le sol britannique. Son cercle d’acheteurs comprend aussi bien des membres de l’aristocratie, que des financiers ou des négociants nouvellement enrichis tels que Lord Penrice ou John Julius Angerstein. Fort de son autorité en matière d’expertise, Delahante devient l’un des fournisseurs privilégiés du prince Régent et futur roi d’Angleterre George IV, à qui il procure tableaux et œuvres d’art. Continuer la lecture de « Séance du Séminaire : “Le marchand Alexis Delahante (1767-1837) et la dispersion de tableaux de maître entre Paris, Londres et Berlin”, 06 octobre 2020 (en ligne) »

Conférences en ligne : Collecting Art in Imperial Russia (24 septembre 2020-22 avril 2021)

A series of lectures (webinars) organised jointly by Princeton University and the European University at St Petersburg

Jeudi à 12.00 EST sur ZOOM

Les liens seront disponibles sur le site web de REEES à Princeton avant chaque événement
http://piirs.princeton.edu/news-events/events/13

September 24, 2020
How to be a European: Collecting Drawings in Imperial Russia
Catherine Phillips, European University at St Petersburg

October 22, 2020
The Yusupovs in Paris: Building a Collection
Wilfried Zeisler, Hillwood Museum

November 12, 2020
From Rudolf II to Catherine II: Goltzius’ Without Bacchus and Ceres, Venus is Chilled and its Iconography
Alexei Larionov, State Hermitage Museum and European University at St Petersburg

February 18, 2021
The Hermitage or a ‘Museum’ in 1770 According to Catherine the Great
Guillaume Nicoud, Archivio del Moderno, Mendrisio

March 18, 2021
Power and Paint: The Patronage of Women Artists at the Court of Catherine II
Rosalind P. Blakesley, Cambridge University

April 8, 2021
A Tale of Two Collections: The Icons of Nikolai Likhachev and Ilya Ostroukhov
Wendy Salmond, Chapman University

April 22, 2021
Rembrandt in Russia in the 19th Century: Prints and their Collectors
Roman Grigoriev, State Hermitage Museum and European University at St Petersburg

Organized by
Basile Baudez, Princeton University
Catherine Phillips, European University at St Petersburg
Ekaterina Pravilova, Princeton University

Pour info : cphillips@eu.spb.ru

Exposition en ligne : Pierre-Jean Mariette and the Art of Collecting Drawings

The Morgan Library & Museum offre sur son site internet la possibilité d’explorer plusieurs expositions. C’est l’occasion de se pencher sur le célèbre collectionneur de dessins Pierre-Jean Mariette (1694–1774), auquel la Morgan Library & Museum avait dédié une exposition en 2016.  Vous pouvez découvrir certains des feuilles de maitres anciens autrefois conservés dans sa collection : https://www.themorgan.org/exhibitions/online/mariette 

Vous pouvez aussi regarder une conférence sur Pierre-Jean Mariette tenue toujours en 2016 à la Frick Collection par Kristel Smentek, Associate Professor of Art History, Massachusetts Institute of Technology (Cambridge) lors du colloque A Demand for Drawings: Five Centuries of Collecting, organisée par le Center for the History of Collecting (Frick Collection) et le Drawing Institute (Morgan Library & Museum).

Appel à contribution : Women and the Art and Science of Collecting: Eighteenth-Century Collecting Beyond Europe

Women and the Art and Science of Collecting: Eighteenth-Century Collecting Beyond Europe
Edited by Dr. Arlene Leis and Dr. Kacie Wills

We are inviting chapter abstracts for a collection of essays designed for academics, specialists, and enthusiasts interested in the interrelations between art and science in women’s collections and collecting practices beyond Europe in the long 18th century. This volume will follow our forthcoming compendium on the topic entitled, Women and the Art and Science of Collecting in Eighteenth-Century Europe, published by Routledge. This book recovers women’s histories through numerous interdisciplinary discourses pertaining to the subject of collecting, and it examines their interests, methodologies, and practices in relation to cultures of art and science. In the second volume, we continue this discussion and consider women’s relationships to collecting of European and non-European objects, gathered, exchanged ,and displayed within colonies and with indigenous cultures beyond Europe. Continuer la lecture de « Appel à contribution : Women and the Art and Science of Collecting: Eighteenth-Century Collecting Beyond Europe »

Parution : Le goût pour les laques d’Orient en France aux XVIIe et XVIIIe siècles

CASTELLUCCIO Stéphane, Le goût pour les laques d’Orient en France aux XVIIe et XVIIIe siècles, Saint-Remy-en-l’Eau, Monelle Hayot, 2020

Au XVIIe siècle, les termes « lachinage » et surtout « verni » désignaient les objets laqués. Le mot « laque », bien que connu, commença à être employé dans l’acception actuelle à partir des années 1720, se développa à partir des années 1740, particulièrement dans les catalogues de vente, pour supplanter celui de verni, lequel resta toutefois en usage jusqu’à la fin du XVIIIesiècle. De nos jours, le terme laque employé au féminin désigne la matière première non mise en œuvre, tandis qu’au masculin il désigne un objet laqué.
Cet ouvrage offre une synthèse de l’histoire du goût pour les laques en France à l’époque moderne, depuis leur importation jusqu’à leur usage, soit pratique soit comme pièces de collection. Cela permettra de distinguer les convergences et les divergences avec le commerce des porcelaines, dues à la nature des objets, à leur technique, à leurs usages… Si l’appréhension des laques était différente de celle des porcelaines, l’intérêt suscité par ces objets témoignait de la fascination de l’Europe pour ces productions de la fabuleuse Asie. Continuer la lecture de « Parution : Le goût pour les laques d’Orient en France aux XVIIe et XVIIIe siècles »