Séance du Séminaire : Les collections d’Auguste Bauchy, d’André Breton et de Paul Éluard.

Pour la prochaine séance du Séminaire Collection, nous accueillons deux intervenantes :

Marianne Le Morvan, archives Berthe Weill

Alice Ensabella, Université Grenoble Alpes

18 mai 2021, en ligne sur Zoom, 18h30-20h00

 

Buste d’Auguste Bauchy par Paco Durrio, dédicacé « A mi amigo Auguste Paris 1894 Paco », plâtre, collection famille Bauchy.
Marianne Le Morvan : Auguste Bauchy – le limonadier collectionneur
Auguste Bauchy (1858-1940) fut furtivement le propriétaire du Café des Variétés, sur les grands boulevards, où il offrait table ouverte à ses amis artistes. Si son nom était jusqu’alors associé à une sombre affaire de manipulation auprès de Gauguin, et à quelques toiles identifiées dans le catalogue raisonné Van Gogh, l’étendue de sa collection demeurait un mystère. Continuer la lecture de « Séance du Séminaire : Les collections d’Auguste Bauchy, d’André Breton et de Paul Éluard. »

Conférence en ligne : « Les arts précolombiens en France de 1875 à 1945 : collectionnisme, histoire du goût et perception de l’altérité américaine » (30 juin, 18h-20h)

Intervenante : Elodie Vaudry

Anonyme, Vue d’ensemble de la salle numéro cinq consacrée au Mexique dans l’Exposition « Les arts anciens de l’Amérique », mai- juin 1928, photographie, tirage sur papier baryté monté sur carton, 12 x 17cm, pavillon de Marsan, Paris. (Paris, musée du quai Branly, photothèque, numéro d’inventaire 1998-19083)


















La prochaine conférence aura pour thème les arts précolombiens en France de 1875 à 1945 : collectionnisme, histoire du goût et perception de l’altérité américaine. Le point de départ de cette étude se situe en 1875, avec le premier Congrès des américanistes et s’achève en 1945, avec la fin de la Seconde Guerre mondiale. Entre ces deux dates, il s’agit d’appréhender l’histoire des transferts culturels entre le Mexique, le Pérou et la France, en mettant d’abord l’accent sur le collectionnisme américaniste. Quand, comment et pourquoi les Français ont-ils fait entrer les arts précolombiens dans leur collection? À partir de là, l’analyse se concentrera sur l’impact de ce collectionnisme pour la perception française des arts précolombiens. Il s’agira de questionner les choix de monstration, les classifications et les exclusions afin de tisser la trame d’une histoire du goût et d’une histoire de l' »Autre ». Entre fantasme et réalité ethnographique, les pièces précolombiennes ont suscité une pléthore de controverses, de récits rocambolesques et de recherches scientifiques déstabilisantes. L’étude de cas paradigmatiques de représentations rêvées et avérées sera le troisième point de cette conférence. Enfin, l’accent de la présentation se portera également sur les méthodologies employées pour cette analyse.

Elodie Vaudry est docteure de l’Université de Paris-Nanterre, à partir de septembre 2020 elle devient conseillère scientifique au Centre Allemand d’Histoire de l’art (DFK) à Paris. Elle a auparavant mener un post-doctorat à l’Institut de recherche esthétique de l’Université nationale autonome du Mexique de 2017 à 2019. Son travail porte sur la présence et les usages de l’art précolombien dans les arts décoratifs de la France pendant l’entre-deux-guerres, les livres sur les motifs préhispaniques, les arts populaires et la diplomatie culturelle et le primitivisme en Amérique latine. Elle a reçu un prix de l’Institut des Amériques à Paris pour sa thèse de doctorat qui a été publiée aux Presses universitaires de Rennes en France en 2019. Elle a également publié dans des revues telles que Perspective ou Estudios Indiana et a donné plusieurs conférences à l’Institut national d’histoire de l’art à Paris, à la Bauakademie de Berlin, à l’UNAM à Mexico et à l’Universidad de la Católica à Lima.

Pour vous inscrire à cette conférence, merci de nous contacter à l’adresse suivante : collection.seminaire@gmail.com

Veuillez noter que cette conférence aura lieu sur Skype, nous vous prions de nous communiquer lors de votre demande d’inscription votre identifiant Skype afin que nous puissions vous y inclure

 

Appel à communication : « Collecting Africa » (27 avril 2020, Oxford)

Date limite : 31 janvier 2020

Collecting Africa: Before, During and After Colonial Overrule

In recent years European and US museums and libraries have been facing mounting calls for the return of objects taken or acquired from Africa and other parts of the world during the Colonial era. The objects, the ways in which they are gathered and presented, and the institutions which house them have become contested, especially when they are tied to histories of violence and dispossession. The contestation is driven by a greater awareness of the relations between institutions and politics, but also by changes in society and the balance of power. These issues have become interwoven with calls for change in the geopolitics of knowledge which have been met with support and opposition, sometimes violent, as in the case of Rhodes University. The increased focus on these issues in the media indicates that these collections have come to embody competing interests and the struggles of individuals within modern societies, and that the debates about them are as much about the present as the past. Museums in the UK have been responding in different ways to these challenges while scholars and governments debate on the institutional actions or activities that should be undertaken to address these contested collections, especially after the Sarr-Savoy report.

Continuer la lecture de « Appel à communication : « Collecting Africa » (27 avril 2020, Oxford) »

Colloque : « Photographica. Patrimoines photographiques. (7 et 8 novembre 2019, Paris)

Photographica. Patrimoines photographiques : histoires, ethnologies, émotions.

Organisé par la Société française de photographie, avec le soutien du Ministère de la Culture(Délégation à la photographie) et le concours du Musée des Arts Décoratifs.

Auditorium du Musée des Arts Décoratifs

111 rue de Rivoli

75001 Paris

jeudi 7 et vendredi 8 novembre 2019

(entrée libre dans la limite des places disponibles)

Qu’est-ce qui fait patrimoine(s) dans le domaine de la photographie aujourd’hui ? Devons-nous conserver tous azimuts les traces et témoignages d’une photographie “d’avant” ? Il semble qu’on ait oscillé entre l’idée d’un trop-plein d’images photographiques et celle d’une raréfaction des fonds argentiques. Autour de trois volets « histoires, ethnologies et émotions » qui sont trois façons de reconfigurer la question, ce colloque voudrait envisager la matière et l’épaisseur patrimoniales qui constituent le champ de la recherche contemporaine en photographie. Organisé par la Société française de Photographie, avec le soutien du ministère de la Culture et le concours du Musée des Arts décoratifs, le colloque Patrimoines Photographiques lance les activités de la revue Photographica.

Programme

Jeudi 7 novembre

  • 9:00 : Introduction Marion Hislen [Déléguée à la photographie, Ministère de la Culture] , Eléonore Challine, Paul-Louis Roubert et Sébastien Quéquet [attaché de conservation, responsable des collections photographiques, MAD]

L’invention des patrimoines photographiques

(modération : Carolin Görgen, Docteure Université Paris-Diderot – École du Louvre)

  • 9:30-10:00 : Sylvie Aubenas [Directrice du département des Estampes et de la Photographie – Bibliothèque nationale de France], “Documentation ou œuvres d’art ? Naissances et renaissances de la collection de photographies du département des Estampes de la BnF – 1851-1945”
  • 10:00-10:30 : Judith Lyon-Caen [Directrice d’études EHESS, CRH-GRIHL], « Comment voir les traces d’une ville effacée ? Barbey d’Aurevilly, Marville, Talbot »

Continuer la lecture de « Colloque : « Photographica. Patrimoines photographiques. (7 et 8 novembre 2019, Paris) »

Colloque : « Marchandes d’art (XIXe-XXe siècles) » (13, 14 et 15 novembre 2019, Paris)

Musée des Arts Décoratifs, entrée au 111, rue de Rivoli, Paris
13, 14 et 15 novembre 2019

PROGRAMME :

Médiation assurée par le comité scientifique : Marianne Le Morvan, Cloé Pitiot et Denise Vernerey

Communications de 30 minutes suivies de 15 minutes de questions du public

Mercredi 13 novembre 2019 : Les pionnières

  • 9h30 : Florine Langweil

“ Lorsque je vins pour la première fois à Paris, en 1882, je ne pensais évidemment pas que je passerais ma vie au milieu des antiquités chinoises et japonaises. Ce fut mon mariage qui, ainsi qu’il arrive à presque toutes les jeunes femmes, décida de mon avenir.

Mon mari était commissionnaire en marchandises, mais ne s’occupait à peu près exclusivement que de la vente des bibelots modernes, qui valaient du reste assez cher à l’époque. Lorsque je l’épousai, nous décidâmes de ne plus nous occuper que des objets d’art anciens et, abandonnant la vente des chinoiseries et japoneries modernes à nos concurrents, nous installâmes un magasin d’antiquités.

Je me passionnai tôt pour les peintures et sculptures de l’ancienne Chine et du vieux Japon, qui étaient – il faut bien le dire – à peu près inconnues en Europe, à cette époque. Du moins très rares étaient les personnes qui savaient acheter et recherchaient l’authenticité des bibelots. Tout un marché nous était donc ouvert, et il y avait une mode à lancer.”

Intervenant : Diederik Bakhuÿs, Historien de l’art, conservateur au musée des Beaux-Arts de Rouen et membre du conseil d’administration du Fonds de dotation André et Berthe Noufflard.

Continuer la lecture de « Colloque : « Marchandes d’art (XIXe-XXe siècles) » (13, 14 et 15 novembre 2019, Paris) »